Un 3ème œil sur la réalité

Archives de février, 2012

Ère Nouvelle: La mémoire lémurienne

L’activation de notre mémoire ancestrale lémurienne

La fin de la civilisation lémurienne est advenue peu de temps avant celle de la civilisation atlante. Mais bien que cette civilisation ait disparu physiquement depuis des dizaines de milliers d’années, la conscience lémurienne est toujours présente. Elle est conservée vivante dans la Terre. Tous les peuples appartenant aux nations amérindiennes sont porteurs de cette information ; elle est encodée dans leurs gènes, mais reste scellée, enfermée en eux, à l’intérieur de leur mémoire cellulaire dont la fréquence est identique à celle du Maître-Cristal des archives souterraines.

Vers la fin de la civilisation lémurienne, des êtres physiques habitaient ce qui est aujourd’hui devenu la région de Four Corners, au sud des États-Unis, qui était alors un archipel et que l’on peut considérer comme le centre géographique de l’ancienne Lémurie. Ils étaient conscients qu’un gigantesque bouleversement tectonique était sur le point de se produire et que l’équilibre des masses continentales en serait profondément affecté. Il prirent la décision d’entreposer leur Connaissance en un lieu où elle puisse être préservée à l’usage des générations futures.

Environ trois cents ans avant le cataclysme qui mit fin à leur civilisation, les Lémuriens commencèrent à stocker les enregistrements des informations qui étaient en leur possession sur des cristaux en forme de crânes qu’ils dispersèrent sur toute la planète. Ces crânes de cristal, qui ont la propriété de retenir l’information, furent reliés à un Cristal-maître conçu comme une sorte de matrice permettant d’activer leur mémoire. Certains de ces cristaux ont été retrouvés à l’occasion de fouilles archéologiques, mais la matrice, dont dépend l’activation de l’ensemble, reste enterrée dans les profondeurs de la Terre.

001

Vues de face et de profil du crâne de cristal découvert en 1924 par Anna et Frederic Mitchell-Hedges

En 1924, Anna Le Guillon Mitchell-Hedges, alors âgée de 17 ans, se trouvait au Honduras britannique (rebaptisé Belize après la décolonisation) avec son père, qui était un anthropologue réputé. Ensemble, ils découvrirent une étrange sculpture de cristal de roche en forme de crâne féminin dans les ruines d’une ancienne cité maya, sur le site de Lubaantùn.
Certaines propriétés de ce crâne, attestées des années plus tard par des experts en cristallographie de la société Hewlet-Packard, sont tout à fait étonnantes :
– Il est constitué d’un quartz naturel extrêmement pur et rare : du dioxyde de silicium piézo-électrique anisotrope.
– Les deux parties qui le composent proviennent du même bloc de quartz.
– Il ne porte aucune trace d’usinage ni d’instrument quelconque, même microscopique. Il est donc impossible à dater car le cristal ne vieillit pas.
– Quand il est éclairé par le dessous, la lumière jaillit par ses orbites.
– Quand il est frappé à l’arrière par les rayons du Soleil, un faisceau lumineux intense, susceptible de mettre le feu à la végétation, jaillit des orbites, du nez et de la bouche.
– Sa fabrication manuelle, si elle avait été possible, aurait nécessité au moins 300 années de travail en continu. Avec la technologie moderne au diamant, il aurait fallu plus d’une année, sans toutefois être certain de pouvoir parvenir à un résultat identique.

(suite…)


Ère Nouvelle: Libre-arbitre et plan de vie

Libre-arbitre et plan de vie

Selon Carl Johann Calleman, le 28 octobre 2011 est censé correspondre à la fin du calendrier maya et au franchissement du fameux « Point Zéro » décrit par Gregg Braden comme un point d’inversion du champ magnétique terrestre, au-delà duquel notre monde pourrait basculer dans un nouvel espace-temps.

001

Carl Johann Calleman

À la lumière des explications qui ont été présentées sur ce blog et sur différents autres sites, beaucoup de personnes ont désormais compris que cette échéance n’annonce pas la fin « du » monde – pas plus que celle du 21 décembre 2012 – mais plutôt la fin « d’un » monde, c’est-à-dire la fin d’une longue Ère d’isolement, d’ignorance et d’exploitation de l’homme par l’homme, ce qui n’empêche pas les oiseaux de mauvais augure de continuer à associer cette période au déclenchement probable d’une suite ininterrompue de catastrophes et de cataclysmes majeurs et irréversibles.

(suite…)


Ère Nouvelle: Pensée positive et unitaire

Pensée positive et pensée unitaire

La crise du système capitaliste a amené l’émergence de nouveaux concepts et favorisé l’essor rapide de nouvelles professions au sein desquelles les experts en orientation professionnelle, les conseillers en développement personnel, les coachs relationnels, les thérapeutes, les psychologues, les suggestologues, les sophrologues, sans compter tous les soi-disant gourous, mages, experts en astrologie, en tarologie et autres sciences occultes, se sont progressivement imposés et se taillent aujourd’hui la part du lion.

Depuis quelques années, le maître-mot de tous ces nouveaux marchands de bonheur est « la pensée positive ». Ils partent du principe que la pensée est une énergie qui véhicule tantôt du positif tantôt du négatif et influence ainsi notre vie. Ce que nous vivons, les souffrances que nous éprouvons, les joies que nous goûtons, nos succès, nos échecs, tout dépend principalement de l’orientation de nos pensées. Les personnes émettant des pensées ou des intentions positives attirent à elles des situations bénéfiques qui correspondent à la même bande de fréquences. Ces pensées et ces intentions leurs reviennent, tels des boomerangs, et tissent autour d’eux un maillage de réussite et de prospérité.

« L’effet boomerang » de la pensée est évidemment très facile à mettre en évidence pour le côté négatif. Il est, par exemple, admis et reconnu depuis longtemps que les personnes qui ne cessent de semer le vent finissent tôt ou tard par récolter la tempête. Ainsi, ceux qui suivent l’actualité internationale ont peut-être remarqué que, durant les derniers mois de son incarnation de dictateur, le colonel Kadhafi avait pis l’habitude de menacer d’extermination ses opposants et ses ennemis en les traitant systématiquement de « rats ». Or, il a fini lui-même exterminé comme un rat après s’être réfugié dans le conduit d’un égout !

De la même manière, ceux qui se sont entraînés à l’autosuggestion positive obtiennent souvent de grands résultats dans le plan physique, que ce soit au niveau financier, ou au niveau de leur carrière et de leur réussite sociale.

L’un des premiers à l’avoir compris est Ron Hubbard, le fondateur de la très controversée Église de Scientologie que beaucoup considèrent comme une secte. Les scientologues utilisent la puissance de la pensée pour manipuler les autres et promouvoir leur carrière ou s’enrichir. Et de nombreuses techniques comme la PNL, le modèle Milton ou le processus de l’ancrage ne sont que des applications plus ou moins déguisées de la dianétique à différentes formes de suggestion hypnotique.

004b

Ron Hubbard : l’art de convertir la pensée positive en manipulation mentale et la manipulation mentale en religion.

(suite…)


Ère Nouvelle: La survie de l’âme

Ère Nouvelle et survie de l’âme

Il y a une trentaine d’années paraissait aux États-Unis le livre du Docteur Raymond Moody, intitulé La Vie après la vie.

Écrit sur la base des témoignages de plus d’une centaine de personnes ayant repris connaissance après une expérience de coma profond ou avoir été déclarées cliniquement mortes, ce livre fut à l’époque un énorme best-seller (plusieurs millions d’exemplaires vendus à travers le monde en quelques mois). Il déclencha une intense émotion chez la plupart des lecteurs, car il permettait pour la première fois d’établir un lien et des analogies troublantes entre les différents récits de toutes ces personnes confrontées à des NDE (near death experiences), c’est-à-dire à des expériences « aux portes de la mort. »

001
Plus de 80 % des « miraculés » interrogés par le Docteur Moody déclaraient :

– avoir revécu en une infime fraction de seconde l’ensemble de leur incarnation terrestre avec une précision, une acuité et un luxe de détails stupéfiants.

– avoir ensuite traversé une sorte de tunnel sombre et lugubre et y avoir éprouvé une angoisse indicible.

– avoir, au bout d’un laps de temps variable, remarqué une magnifique lumière qui brillait au loin.

– avoir alors été irrésistiblement attirés par cette source de lumière qui diffusait en même temps un amour extraordinaire.

– avoir éprouvé une joie et un bonheur indescriptibles au contact chaleureux de cette source d’amour et de lumière.

– avoir rencontré, dans la lumière de cette source, des amis ou des membres de leur famille décédés qui les avaient convaincus de retourner dans le plan physique, souvent pour achever une mission d’aide ou d’éducation envers des enfants, des parents âgés, malades ou indigents, ou bien un travail bénéfique à l’ensemble de la collectivité.

– être revenus à contre cœur et à regret dans le monde des « vivants ».

(suite…)


Ère Nouvelle: La surpopulation

Ère Nouvelle et surpopulation

En 1750, il n’y avait que 750 millions d’êtres humains sur la Terre. Au début du XXème siècle, nous étions 1 milliard et demi ; nous sommes aujourd’hui 7 milliards et risquons de dépasser le seuil des 10 milliards avant 2020 !

007

 Évolution de la population terrestre à travers les siècles

Si l’ensemble de la population du globe avait consommé l’an dernier autant que les Américains, il aurait fallu 15 planètes comme la Terre pour subvenir à ses besoins. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, chaque année, à la fin du mois de septembre, l’humanité a déjà détruit la totalité de la faune, de la flore et des ressources naturelles que notre planète est en mesure de produire au cours d’une année. L’explosion démographique est désormais le problème majeur de notre époque. Car plus il y a d’hommes et de femmes sur la Terre, plus les besoins en énergie et en ressources naturelles augmentent ; et plus les ressources naturelles sont mises à contribution, plus il y a de déforestation, de destruction de la biodiversité et de pollutions en tous genres, ce qui bien sûr accroît l’effet de serre et le réchauffement climatique et multiplie les risques de cataclysmes majeurs.

(suite…)