Un 3ème œil sur la réalité

Ère Nouvelle: La mémoire lémurienne

L’activation de notre mémoire ancestrale lémurienne

La fin de la civilisation lémurienne est advenue peu de temps avant celle de la civilisation atlante. Mais bien que cette civilisation ait disparu physiquement depuis des dizaines de milliers d’années, la conscience lémurienne est toujours présente. Elle est conservée vivante dans la Terre. Tous les peuples appartenant aux nations amérindiennes sont porteurs de cette information ; elle est encodée dans leurs gènes, mais reste scellée, enfermée en eux, à l’intérieur de leur mémoire cellulaire dont la fréquence est identique à celle du Maître-Cristal des archives souterraines.

Vers la fin de la civilisation lémurienne, des êtres physiques habitaient ce qui est aujourd’hui devenu la région de Four Corners, au sud des États-Unis, qui était alors un archipel et que l’on peut considérer comme le centre géographique de l’ancienne Lémurie. Ils étaient conscients qu’un gigantesque bouleversement tectonique était sur le point de se produire et que l’équilibre des masses continentales en serait profondément affecté. Il prirent la décision d’entreposer leur Connaissance en un lieu où elle puisse être préservée à l’usage des générations futures.

Environ trois cents ans avant le cataclysme qui mit fin à leur civilisation, les Lémuriens commencèrent à stocker les enregistrements des informations qui étaient en leur possession sur des cristaux en forme de crânes qu’ils dispersèrent sur toute la planète. Ces crânes de cristal, qui ont la propriété de retenir l’information, furent reliés à un Cristal-maître conçu comme une sorte de matrice permettant d’activer leur mémoire. Certains de ces cristaux ont été retrouvés à l’occasion de fouilles archéologiques, mais la matrice, dont dépend l’activation de l’ensemble, reste enterrée dans les profondeurs de la Terre.

001

Vues de face et de profil du crâne de cristal découvert en 1924 par Anna et Frederic Mitchell-Hedges

En 1924, Anna Le Guillon Mitchell-Hedges, alors âgée de 17 ans, se trouvait au Honduras britannique (rebaptisé Belize après la décolonisation) avec son père, qui était un anthropologue réputé. Ensemble, ils découvrirent une étrange sculpture de cristal de roche en forme de crâne féminin dans les ruines d’une ancienne cité maya, sur le site de Lubaantùn.
Certaines propriétés de ce crâne, attestées des années plus tard par des experts en cristallographie de la société Hewlet-Packard, sont tout à fait étonnantes :
– Il est constitué d’un quartz naturel extrêmement pur et rare : du dioxyde de silicium piézo-électrique anisotrope.
– Les deux parties qui le composent proviennent du même bloc de quartz.
– Il ne porte aucune trace d’usinage ni d’instrument quelconque, même microscopique. Il est donc impossible à dater car le cristal ne vieillit pas.
– Quand il est éclairé par le dessous, la lumière jaillit par ses orbites.
– Quand il est frappé à l’arrière par les rayons du Soleil, un faisceau lumineux intense, susceptible de mettre le feu à la végétation, jaillit des orbites, du nez et de la bouche.
– Sa fabrication manuelle, si elle avait été possible, aurait nécessité au moins 300 années de travail en continu. Avec la technologie moderne au diamant, il aurait fallu plus d’une année, sans toutefois être certain de pouvoir parvenir à un résultat identique.


Frederic et Anna Mitchell-Hedges se passionnèrent tous deux pour cet objet et passèrent chacun de longs mois à l’étudier. Ils apprirent ainsi qu’il existe une tradition occulte héritée de différentes tribus amérindiennes, selon laquelle 12 crânes aux propriétés similaires à celui découvert au Belize se trouvent disséminés en différents endroits de notre planète. Certains affirment également que « lorsque le treizième crâne de cristal, le Cristal-Maître, sera découvert, viendra l’avènement d’un Nouvel Âge de l’humanité. »
Depuis la découverte des Mitchell-Hedges, au moins huit crânes de cristal « féminins » dispersés à travers le monde ont déjà été officiellement identifiés et répertoriés (ce qui laisse supposer qu’il pourrait en exister en réalité une douzaine, voire treize comme le prétend la légende). Cinq de ces crânes ont déjà été étudiés (dont le célèbre « Max » détenu par Jo Ann Parks).

 

Avant que le cataclysme ne survienne, un grand nombre de Lémuriens rejoignirent des cavités situées sous la croûte terrestre et y survécurent en attendant que les bouleversements s’atténuent. Ils décidèrent alors de rejoindre la surface afin de fonder une nouvelle civilisation.

Les légendes de plusieurs tribus amérindiennes font état de leurs origines intraterrestres et de ce retour à la surface au terme d’un long exil souterrain. Certaines régions de l’Amérique mais aussi du reste du monde renferment des gouffres très profonds remplis d’eau qu’on appelle des « puits ». Ce sont souvent d’anciens passages entre la surface terrestre et ces cavités souterraines. Il en existe un certain nombre dans le Yucatan et dans la région de Four Corners. Le lieu-dit « Montezuma’s Well » situé à la sortie de Sedona fut l’un des principaux points d’émergence pour ces tribus qui vivaient sous la Terre et qui en sortirent lorsque les perturbations commencèrent à s’estomper.

002

Le Portail de Montezuma’s Well

Quand ils arrivèrent à la surface, les anciens Lémuriens y découvrirent des groupes d’êtres qui leur étaient inconnus et qui se livraient entre eux à des luttes d’influence. Aujourd’hui, on désignerait ces êtres sous le nom d’Aliens ou d’ETs, mais en ces temps anciens, on les appelait « les dieux ». Ils n’étaient d’ailleurs pas considérés comme tels, mais plutôt comme des êtres supérieurs. Contrairement aux anciens autochtones lémuriens, qui avaient une peau plutôt épaisse et sombre, ils avaient la peau claire et le type caucasien. Quand les descendants de l’ancien peuple émergèrent à la surface et virent « les dieux » qui se battaient entre eux, ils comprirent intuitivement que ce n’était pas le moment de libérer l’information qu’ils détenaient. Et ils décidèrent de conserver leurs connaissances en sécurité aussi longtemps qu’elles risquaient d’être utilisées par d’autres races pour satisfaire leur soif de pouvoir et de domination.

Les Amérindiens sont ainsi devenus les Gardiens de l’ancienne Connaissance. C’est pour cette raison que certains considèrent leurs chefs spirituels comme « des Veilleurs ». Ils ne veillent pas sur nous comme des mères sur leurs enfants. Ils veillent sur l’information qu’ils détiennent et qu’ils sont censés protéger jusqu’au jour où elle devra être restituée à l’ensemble de l’humanité. La plupart ont oublié leur mission, mais il y a une connaissance intérieure profondément ancrée dans leur mémoire cellulaire, si bien qu’au niveau de leur subconscience, ils savent intuitivement qu’ils sont les Protecteurs de cette Connaissance ancestrale et, à travers elle, de la Terre tout entière.

Toutes les prophéties amérindiennes sont d’ailleurs porteuses d’un même message : la Connaissance qui appartient à ces peuples ne sera pas libérée aussi longtemps qu’ils ne verront pas les hommes blancs et ceux des autres races commencer à vivre en paix. Mais ce jour-là, ils devront accepter de la restituer et de la partager.

Il existe donc une sorte de « calendrier de la révélation » dont les étapes ont été programmées depuis des temps immémoriaux et qui est aujourd’hui sur le point de se réaliser, car sous l’effet de « la Neuvième Onde Cosmique », (Cf. mon article intitulé : Le secret de la Neuvième Onde Cosmique) la Terre commence à se guérir de ses blessures, et bientôt un mouvement sans précédent en faveur de la paix et la fraternité devrait se propager sur notre planète.

Dans un premier temps, la libération de l’information se réalisera sur le plan énergétique : quand les Indiens d’Amérique verront que la Terre est en train de se guérir et que l’humanité commence enfin à prendre conscience de l’importance primordiale de la paix et de la fraternité, alors, inconsciemment, ils commenceront à relâcher l’information inscrite dans leur mémoire collective.

005

Si vous deviez rencontrer un Amérindien dans la rue et que vous l’interrogiez sur cette Connaissance que possèdent ceux de sa race, il ne saurait sans doute pas quoi vous répondre. Les Guides des nations Hopi ou Lakota, Dakota et Nakota et même les descendants présumés des anciens Mayas ignorent la plupart du temps qu’ils ont pour mission de conserver puis de transmettre une mémoire ancestrale à l’humanité. D’où la question que l’on est évidemment en droit de se poser : quelle est le secret de cette mémoire ancestrale ? Il semble qu’une partie de cette information permette de contrôler les forces de la nature et d’agir sur l’environnement.

La Danse de la Pluie, qui était encore pratiquée dans plusieurs tribus au début du siècle dernier, est une réminiscence de cette mémoire cellulaire amérindienne, et elle fournit une assez bonne illustration de son fonctionnement. Il ne suffisait pas aux Indiens de danser ni de prononcer certaines formules pour attirer la pluie ; leurs chamans réussissaient à la faire venir en associant à cette danse des rituels appropriés en résonance avec la matrice de la mémoire ancestrale.

007

Rituel chamanique précédant une danse de la pluie

Supposons que ce procédé puisse être appliqué sur une échelle beaucoup plus vaste, celui qui le maîtriserait serait sans doute capable de déclencher un cataclysme planétaire de même puissance que le déluge de l’Ancien Testament. D’où la mise en place d’un système de verrouillage et de cryptage de cette mémoire collective lémurienne, le principe étant que les informations qui y sont contenues ne soient accessibles qu’au sein d’un environnement approprié.

Cela ne signifie d’ailleurs pas qu’elles soient exclusivement destinées aux tribus amérindiennes ni qu’aucun blanc ou aucun noir ne puisse en bénéficier. Nous sommes rentrés dans une nouvelle époque où tous les peuples et toutes les races de la Terre sont et seront de plus en plus métissés, afin de former ensemble les gènes de la nouvelle race-mère de l’humanité, la sixième, celle qui verra l’avènement de l’Ère Nouvelle et l’instauration d’un nouvel Âge d’Or sur notre planète.

Dans un avenir relativement proche, tout reposera sur la fraternité et l’unité entre les hommes. Pour le moment, nous vivons encore dans l’illusion de la séparation. Certains parmi nous disposent de parcelles de la Connaissance ancestrale, tandis que d’autres ont accès à d’autres bribes de cette même Connaissance. C’est comme un immense puzzle dont chacun d’entre nous posséderait l’une des pièces, mais elle ne pourra être entièrement libérée que le jour où l’ensemble de ces pièces seront réunies. En attendant, elle reste émiettée entre différentes âmes et différents relais vers le lieu secret où est conservée la Matrice de la mémoire ancestrale.

Les plus grands Maîtres spirituels venus s’incarner sur cette planète ont toujours choisi de rayonner leur Lumière spirituelle à partir d’emplacements déterminés qui sont reliés à cette Matrice. Pourquoi croyez-vous que Jésus ait délivré l’essentiel de son message à Jérusalem ? Pourquoi le grand Ramana Maharshi s’était-il installé au pied de la montagne sacrée d’Arunachala ? Pourquoi Omraam Milhaël Aïvanhov se retirait-il chaque année au lieu-dit Trasoulas, c’est-à-dire Trois Soleils, au cœur des Pyrénées ? Et pourquoi tous ceux qui visitent la région de Sedona en Arizona, où vivent les Hopi, ressentent-ils brusquement leur connexion avec la Terre ? Tous ces lieux sont des endroits magiques où il est possible de s’accorder à la fréquence de la Matrice terrestre. C’est pour cette raison qu’ils ont été choisis par les plus grands Guides de l’humanité, afin qu’ils puissent s’y connecter à l’énergie de la Terre et accomplir grâce à elle des travaux gigantesques en vue de l’émergence d’une conscience humaine unitaire.

003

Ramana Maharshi devant la montagne sacrée d’Arunachala

Le paradoxe est qu’en s’éloignant peu à peu de l’unité primordiale avec la Nature, l’humanité a permis au Cristal-Maître de conserver à travers les siècles sa pureté et sa puissance originelles. Mais le cycle de la séparation est aujourd’hui en train de se terminer. De plus en plus de personnes se sentent désormais à nouveau attirées et concernées par la Terre, et la vibration de l’humanité est en train de se réaccorder progressivement à celle de la Terre. Alors le Portail est en train de s’entrouvrir. Mais il ne s’ouvrira définitivement que lorsque nous serons totalement prêts à accueillir cette Connaissance ancestrale sans qu’elle devienne une menace pour la survie de la Terre.

La période que nous traversons actuellement est donc une phase de transition. Plusieurs changements sont déjà facilement perceptibles. Ainsi, de plus en plus de personnes se sentent aujourd’hui attirées vers les endroits où il y a beaucoup d’espace. Nos campagnes commencent à se repeupler, et le phénomène s’est encore accéléré ces dernières années avec le développement fulgurant du réseau Internet qui permet souvent à des citadins de continuer à exercer une activité tout en vivant à l’écart de l’agitation des grandes villes. Les gens commencent enfin à se préoccuper vraiment de l’environnement et du sort de la planète. Il y a seulement une dizaine d’années, l’idée que chacun soit responsable de ses propres déchets et contribue personnellement à leur recyclage en participant au tri sélectif, en aurait fait sourire plus d’un, mais les mentalités changent. Or plus nous respectons la planète et plus nous en ressentons l’énergie, jusqu’à ce point où le Portail ouvrant l’accès à toute l’information qu’elle conserve s’ouvrira pour chacun d’entre nous.

Nos lointains ancêtres savaient que des temps nouveaux arrivaient, qu’après le Déluge, l’humanité s’éloignerait des enseignements sacrés. Ils savaient qu’il y aurait une très longue période durant laquelle ce savoir devrait être conservé secrètement. Ils savaient aussi qu’il arriverait un jour où ce cycle obscur se terminerait, et que la mémoire ancestrale émergerait à nouveau en chacun. C’est ce qui se passe maintenant ; c’est pourquoi nous sommes attirés par tous ces anciens sites sacrés et toutes ces civilisations disparues ; nous ressentons que cette ancienne connaissance cherche à refaire surface en nous, et nous cherchons un support pour nous aider à nous souvenir.

006

Il faut cependant savoir que la réactivation de notre mémoire ne prendra pas forcément la forme d’une avalanche d’informations qui brusquement déferlerait sur nous. Cela se manifestera dans la plupart des cas sous la forme d’un éveil spirituel.

Les Anciens n’avaient aucune religion et ne ressentaient aucun besoin d’amener qui que ce soit à partager leur vision du monde et de l’univers. Ils se contentaient de vivre leur spiritualité de l’intérieur. Ils savaient que toutes les croyances procèdent du même concept au niveau le plus fondamental : la Puissance de la Source de l’Amour universel et la nécessité d’aimer et de respecter la Terre et de s’aimer et de se respecter les uns les autres.

Telles sont les bases fondamentales de la nouvelle spiritualité. C’était celle des Anciens et c’est celle qui s’éveille aujourd’hui ; c’est vraiment très simple !

Sur le plan de la réincarnation, nous sommes tous des anciens Lémuriens. Nous remplissons nos engagements en étant de nouveau ici aujourd’hui, et en aidant notre mère la Terre à réaliser sa transformation. Nous l’accompagnons, aidés de toutes ces mémoires qui sont en train de ressurgir et de fusionner en nous pour la plus grande Gloire du Créateur.

À l’approche de 2012, beaucoup redoutent qu’il puisse se produire un nouvelle catastrophe du type déluge ou destruction soudaine de vastes régions peuplées de notre planète. Il semble que cette fois, le cataclysme sera pour l’essentiel un séisme que nous vivrons de l’intérieur. Il y aura de nombreuses destructions, mais c’est en nous-mêmes que les dégâts seront le plus importants.

Nous sommes un peu comme des propriétaires de magasins où seraient entreposés toutes sortes de produits inutiles. Les acheteurs continuent à venir s’y approvisionner jusqu’au jour où ils commencent à réaliser que tout ce qu’ils achètent ne leur est en réalité d’aucune utilité. C’est pourquoi sur les vitrines de ce genre de magasins finissent généralement par apparaître des affiches où l’on peut lire : « Liquidation avant changement de direction ; tout doit disparaître ! »

La « liquidation » qui est aujourd’hui programmée, c’est celle de notre karma. La « nouvelle direction », c’est celle de l’Ère Nouvelle. Et ce qui doit disparaître, ce sont tous ces vieux préjugés, toutes ces vieilles habitudes et toutes ces pratiques périmées auxquelles nous allons devoir renoncer si nous voulons récupérer nos mémoires ancestrales et participer à la construction des futures cités de Lumière de l’Âge d’Or.

Source: Olivier de Rouvroy

Publicités

Une Réponse

  1. yuli

    je suis totalement d’accord avec vous !

    25 octobre 2012 à 16:05

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s