Un 3ème œil sur la réalité

James Redfield – La Dixième Prophétie – 4 : Se souvenir.

James Redfield – La Dixième Prophétie – 4 : Se souvenir.

Le lendemain matin, je fus brusquement réveillé par le cri perçant d’un faucon au-dessus de ma tête. Pendant quelques minutes, j’écoutai attentivement, imaginant les superbes tonneaux qu’il devait effectuer dans les airs. Il poussa encore un cri puis se tut. Je m’empressai de m’asseoir et regardai à travers l’ouverture de la tente ; la journée s’annonçait nuageuse mais chaude, et une brise légère agitait les cimes des arbres.

Je pris une bande dans mon sac à dos et enveloppai soigneusement toute mon articulation ; lorsque je fis tourner prudemment mon pied, je n’éprouvai qu’une douleur bénigne. Ensuite je rampai en dehors de la tente et me mis debout. Au bout de quelques instants je m’appuyai sur mon pied et essayai de faire un pas en avant. La cheville semblait fragile mais, si je boitais légèrement, elle paraissait pouvoir soutenir mon poids. Je m’étonnai : la technique de Maya avait-elle fonctionné, ou la lésion des ligaments était-elle bénigne ? Impossible de répondre à cette question.

Je fouillai de nouveau dans mon sac, en retirai quelques vêtements de rechange, puis j’attrapai les assiettes sales de la veille au soir. Avec précaution, attentif au moindre son ou mouvement suspect, je me dirigeai vers la rivière. Après avoir repéré un endroit où personne ne pouvait m’apercevoir, je me déshabillai et entrai dans l’eau : elle était froide mais revigorante. Je restai un moment sans penser à rien, en essayant d’oublier l’angoisse que je sentais croître en moi, et regardai fixement le vert des feuilles au-dessus de ma tête.

Soudain, je commençai à me rappeler l’un de mes rêves de la nuit précédente. J’étais assis sur un rocher… quelque chose se passait… Wil se trouvait là… ainsi que d’autres personnes. Je me souvenais vaguement d’un champ couleur bleu et ambre. Je ne parvins pas à me remémorer d’autres moments de mon rêve.

Au moment où j’ouvrais un flacon de savon liquide, je remarquai que les arbres et les buissons autour de moi m’apparaissaient soudain beaucoup plus grands et précis. Le souvenir de mon rêve avait augmenté mon énergie et je me sentais plus léger. Tandis que je me lavais rapidement et nettoyais les assiettes dans la rivière, j’aperçus un gros rocher à ma droite qui ressemblait beaucoup à celui de mon rêve. Je laissai en plan mes assiettes et l’inspectai plus attentivement. Plat, d’environ trois mètres de diamètre, il correspondait exactement, par sa forme et sa couleur, à ce que j’avais vu durant la nuit précédente.

En quelques minutes je démontai ma tente, rangeai toutes mes affaires dans mon sac et le dissimulai sous de grosses branches tombées par terre. Je retournai ensuite près du rocher, m’assis et essayai de me rappeler le champ bleu et la position exacte que Wil occupait dans mon rêve. Il se trouvait légèrement derrière moi, sur la gauche. A ce moment une image claire de son visage apparut dans mon esprit, telle une photo en gros plan. M’efforçant de conserver tous les détails dans ma tête, je recréai son image et l’entourai du champ bleu.

Quelques secondes plus tard, je sentis comme un coup dans mon plexus solaire et fus de nouveau entraîné à toute vitesse dans un tunnel multicolore. Quand je m’immobilisai, un décor bleu pâle et lumineux m’entourait, et Wil se tenait à mon côté.

– Dieu, merci, te voilà, dit-il en se rapprochant de moi. Tu étais brusquement si opaque que je n’arrivais pas à te retrouver.

– Que s’est-il passé ? demandai-je. Pourquoi le bourdonnement est-il devenu si fort ?

– Je ne sais pas.

– Où sommes-nous maintenant ?

– À un niveau particulier, celui où les rêves se produisent.

J’examinai attentivement la teinte bleue. Rien ne bougeait.

– Tu es déjà venu ici ?

– Oui, avant de te trouver à côté des trois cascades, mais ce jour-là je ne savais pas pourquoi.

Pendant un moment, nous observâmes les alentours, puis Wil me demanda:

– Que t’est-il arrivé quand tu es retourné là-bas ?

Je me mis à lui décrire avec volubilité mes dernières rencontres, à commencer par les prévisions de Joël sur les catastrophes écologiques et l’effondrement de nos sociétés. Wil m’écouta attentivement, assimilant au fur et à mesure chaque aspect du tableau brossé par Joël.

– Il se faisait le porte-parole de la Peur, commenta-t-il.

Je hochai la tête.

– Tu as raison. Penses-tu que ces prédictions pessimistes vont vraiment se réaliser ? demandai-je.

– Beaucoup de gens commencent à le croire, et ça c’est dangereux. Souviens-toi de ce que nous enseigne la neuvième révélation : plus la renaissance spirituelle progressera, plus elle devra maîtriser la polarisation de la Peur.

Je croisai le regard de Wil.

– J’ai aussi rencontré une femme.

Wil écouta le récit de mon expérience avec Maya et fut particulièrement intéressé par son traitement de ma foulure.

Quand je terminai, ses yeux pensifs fixaient le lointain.

– D’après moi, Maya est la réincarnation de la fille du colon dans la vision de Williams, ajoutai-je. La femme qui essayait d’empêcher la guerre avec les Indiens.

– Peut-être sa conception de la guérison nous fournira-t-elle la clé pour affronter et vaincre la Peur, répondit Wil.

Je l’incitai à continuer.

– Oui, tout cela se tient, ajouta-t-il. Réfléchis bien. Tu es venu ici pour retrouver Charlène et tu as rencontré David : il t’a expliqué que la dixième révélation permettrait de mieux comprendre la renaissance spirituelle en cours sur cette planète, si nous découvrons notre relation avec l’Après-Vie. Selon lui, la dixième révélation nous aiderait à clarifier la nature de nos intuitions, à les conserver dans notre esprit, à voir notre chemin synchronistique de façon plus complète.

« Ensuite, tu as appris à maintenir tes intuitions et tu m’as trouvé auprès des chutes. Je t’ai alors confirmé que la conservation des intuitions et de nos images mentales fonctionnait aussi dans l’Après-Vie et que les êtres humains sont en train d’entrer en syntonie avec cette autre dimension. Peu après, nous avons tous deux vu Williams passer en revue toute sa vie et se tourmenter parce qu’il n’arrivait pas à se souvenir de quelque chose qu’il voulait faire : il devait se joindre à un groupe de gens pour essayer d’affronter cette Peur qui menace notre éveil spirituel.

« Il a dit que nous devons comprendre cette Peur et entreprendre quelque chose contre elle. Ensuite nous avons été séparés et tu es tombé sur un journaliste, Joël, qui a tenu de grands discours mais pour te communiquer quoi ? Sa vision terrifiante de l’avenir. En fait, sa peur que notre civilisation ne disparaisse.

« Ensuite, bien sûr, tu as rencontré une femme qui consacre sa vie à soigner les autres. Elle les aide à vaincre les blocages provoqués par la peur. Pour ce faire, elle aiguillonne leur mémoire, afin qu’ils discernent la raison pour laquelle ils sont sur cette terre. Se souvenir joue donc un rôle clé.

Soudain quelque chose se déplaça et attira notre attention. Un autre groupe d’âmes semblait se former à une trentaine de mètres.

– Elles sont probablement ici pour aider quelqu’un dans son rêve, dit Wil.

Je le regardai fixement.

– Elles nous aident à rêver ?

– Oui, d’une certaine façon. D’autres âmes étaient là quand tu as rêvé la nuit dernière.

– Comment sais-tu ce que j’ai rêvé ?

– Quand tu es brusquement revenu dans le monde physique, j’ai essayé de te retrouver mais je n’y suis pas parvenu. Ensuite, pendant que j’attendais, j’ai commencé à voir ton visage et cela m’a amené jusqu’ici. La dernière fois que je suis venu à cet endroit, je ne pouvais pas bien saisir le sens de ce que je voyais, mais maintenant je crois que je comprends mieux ce qui se produit quand nous rêvons.

Je secouai la tête, en signe d’incompréhension. Il fit un geste en direction des âmes.

– Apparemment tout se passe de façon synchronistique. Ces êtres que tu vois se sont probablement trouvés ici exactement comme cela m’est arrivé auparavant, par coïncidence, et maintenant ils attendent de voir qui va rendre visite à leur corps de rêve.

À l’arrière-plan, le bourdonnement augmenta et je ne pus lui répondre. Je me sentais désorienté, la tête me tournait. Wil se rapprocha de moi et posa sa main sur mes épaules.

– Reste avec moi ! m’ordonna-t-il. Il y a certainement une raison pour laquelle nous devons voir ce que nous voyons.

Je luttais pour vider mon esprit et remarquai alors une nouvelle forme dans l’espace à côté des âmes. Au début je crus que d’autres âmes arrivaient, mais ensuite je compris qu’il s’agissait d’un panorama beaucoup plus vaste qu’auparavant : un tableau énorme se projetait devant nous, comme un hologramme, avec des personnages, un décor et des dialogues. Un individu occupait le centre de l’action, un homme dont la silhouette me parut vaguement familière. Après m’être concentré pendant quelques instants, je reconnus Joël.

Comme dans un film, nous observions le déroulement d’une scène. Je m’efforçais de la suivre, mais mon esprit était encore très brumeux ; je ne pouvais pas comprendre vraiment bien ce qui se déroulait. L’épisode progressait, les âmes se rapprochaient du journaliste, les dialogues devenaient plus intenses. Au bout de quelques minutes, la séquence parut se terminer et tous les personnages disparurent.

– Que s’est-il passé ? demandai-je.

– L’homme au centre de la scène rêvait, m’expliqua Wil.

– J’ai reconnu Joël, l’homme dont je t’ai parlé, répondis-je.

Surpris, Wil se tourna vers moi et me demanda :

– Tu en es sûr ?

– Oui.

– As-tu compris ce qu’il rêvait ?

– Non, pas du tout. Et toi ?

– Il a rêvé d’une guerre, je crois. Il cherchait à s’enfuir d’une ville ravagée par les bombes qui explosaient tout autour de lui. Il courait comme un fou, ne pensant qu’à sauver sa peau. Quand il a réussi à échapper à cette scène d’horreur, il est monté au sommet d’une montagne pour regarder la ville. Il s’est alors souvenu qu’il avait reçu l’ordre de rejoindre un groupe de soldats et de leur remettre un nouveau dispositif qui rendrait les armes de l’ennemi inopérantes. Avec épouvante il a alors compris que les soldats et la ville avaient été systématiquement détruits sous ses yeux parce qu’il n’avait pas accompli sa mission.

– Un vrai cauchemar ! commentai-je.

– Oui, mais il a un sens. Quand nous rêvons, nous voyageons inconsciemment jusqu’à la dimension du sommeil. D’autres âmes arrivent pour nous aider. N’oublie pas la fonction des rêves : ils clarifient pour nous la façon d’affronter des situations quotidiennes. La septième révélation nous enseigne à interpréter les rêves, en confrontant nos images nocturnes à notre vie réelle.

Je me tournai vers Wil et le regardai.

– Mais quel rôle jouent les âmes ?

Dès que j’eus posé cette question, nous commençâmes de nouveau à nous déplacer. Wil gardait sa main posée sur mes épaules. Quand nous nous arrêtâmes, la lumière qui nous entourait vira au vert, un vert très vif, mais je pus observer de superbes vagues ambrées qui circulaient autour de nous. Quand je me concentrai très fort, les formes ambrées devinrent des âmes.

Je jetai un oeil à Wil : un grand sourire illuminait son visage. L’atmosphère de ce lieu semblait empreinte de fête et de joie. Tandis que j’observais les âmes, plusieurs se placèrent juste devant nous et formèrent un groupe serré. Leurs visages rayonnaient, mais il m’était difficile de me concentrer sur elles plus de quelques secondes.

– Elles débordent d’amour, dis-je.

– Essaie de capter un peu de leur savoir, me conseilla Wil.

Je me concentrai intensément sur elles et compris que ces âmes étaient en relation avec Maya. En fait, elles se réjouissaient de ses récentes découvertes à propos d’elle-même, surtout parce qu’elle avait compris comment son père et sa mère avaient conditionné sa destinée. Elles semblaient savoir que Maya avait fait un bilan de vie, selon les enseignements de la sixième révélation, et allait très bientôt se souvenir du sens de sa naissance.

Je me tournai vers Wil. Il m’informa que lui aussi apercevait les mêmes images.

À ce moment, le bourdonnement s’amplifia de nouveau ; mon estomac se serra. Wil me saisit par les épaules. Quand le bruit cessa, ma vibration diminua brutalement d’intensité ; j’attachai mon regard sur le groupe d’âmes, tentant de m’ouvrir à leur énergie et de m’y connecter pour essayer de stimuler la mienne. A mon grand étonnement, elles devinrent brusquement floues et s’éloignèrent de moi pour se placer deux fois plus loin.

– Que s’est-il passé ? demandai-je.

– Tu as essayé de te relier à elles pour augmenter ton énergie, déclara Wil, au lieu de plonger à l’intérieur de toi-même et de te brancher directement sur la source divine. J’ai commis la même erreur que toi, une fois. Ces âmes ne te laisseront pas les confondre avec la source d’énergie divine. Elles savent qu’une telle méprise ne t’aiderait pas dans ton développement personnel.

Je me concentrai à l’intérieur de moi et récupérai mon niveau d’énergie antérieur.

– Comment pouvons-nous les faire revenir ? demandai-je.

À peine eus-je prononcé ces mots qu’elles revinrent à leur ancienne place.

Wil et moi échangeâmes un regard, puis il commença à fixer intensément le groupe d’âmes. Une expression de surprise se peignit sur son visage.

– Que vois-tu ? demandai-je.

Il fit un signe de tête dans leur direction sans cesser de les considérer, et je me concentrai également sur elles, en essayant de nouveau de capter leur savoir. Au bout de quelques minutes, je commençai à voir Maya. Elle baignait dans un décor vert. Ses traits semblaient légèrement différents et brillaient avec éclat, mais j’étais absolument certain qu’il s’agissait d’elle. Tandis que je me concentrais sur son visage, une image holographique apparut devant nous – une image de Maya pendant l’une des guerres contre les Indiens au XIXe siècle. Elle se tenait dans une cabane en rondins avec plusieurs autres personnes et parlait avec ferveur de la possibilité d’arrêter le conflit.

Il lui semblait relativement aisé d’accomplir un tel exploit : il suffisait de se rappeler comment acquérir l’énergie nécessaire. Il fallait que les personnes appropriées se réunissent dans ce but. Un jeune homme, richement habillé, l’écoutait attentivement. Je m’aperçus qu’il s’agissait de l’homme de haute taille qui avait été tué avec elle par la suite. La vision passa en accéléré puis s’arrêta à sa tentative manquée de parler aux chefs militaires, puis à la colline où elle et son compagnon avaient été tués.

Après sa mort, elle se réveilla dans l’Après-Vie et passa en revue toute son existence. Elle était consternée de constater son propre entêtement et sa naïveté. Elle savait qu’elle avait eu tort à propos de la guerre : ce n’était pas encore le moment de l’arrêter. À l’époque, les êtres humains ne se souvenaient pas suffisamment des connaissances léguées par l’Après-Vie pour accomplir cet exploit. Pas encore.

Après que Maya eut passé sa vie en revue, nous la vîmes rejoindre le décor vert, tandis que le même groupe d’âmes, qui se trouvait maintenant devant nous, l’entourait. Curieusement leurs visages semblaient avoir tous la même expression : malgré leurs propres traits, tous ressemblaient à Maya. Je jetai un regard interrogateur à Wil.

– C’est le groupe d’âmes de Maya, affirma-t-il.

– Que veux-tu dire ?

– C’est un groupe d’âmes avec lesquelles elle résonne étroitement, expliqua-t-il sur un ton véhément. Cela semble logique. Durant l’un des voyages que j’ai faits avant de te trouver, j’ai rencontré un autre groupe qui, d’une certaine façon, te ressemblait. Il s’agissait sans doute de ton groupe d’âmes.

Avant que je puisse lui répondre, un mouvement se produisit dans le cercle d’âmes devant nous. De nouveau une image de Maya émergea. Encore entourée par son groupe dans un décor vert, elle semblait se tenir tranquillement debout devant une lumière blanche et intense, semblable à celle qui entourait Williams pendant sa Revue de Vie. Elle avait conscience d’assister à un événement très important. Sa capacité de se déplacer dans l’Après-Vie avait diminué et son attention se tournait de nouveau vers la Terre. Elle pouvait voir sa future mère, après son second mariage, assise dans une balançoire sous un porche, se demandant si sa santé résisterait à une nouvelle grossesse.

Maya commençait à comprendre le progrès qu’elle réaliserait en naissant dans le ventre de cette femme. Celle-ci éprouvait de fortes craintes pour sa santé et cela engendrerait chez sa fille un vif intérêt pour ces questions. Ce foyer stimulerait son intérêt pour la médecine et les techniques de guérison ; si Maya grandissait aux côtés de cette femme, elle n’accumulerait pas des connaissances pour le plaisir, elle n’inventerait pas de belles théories pour satisfaire son ego, mais les testerait et les confronterait aux défis de la vie réelle. Maya se savait de caractère un peu irréaliste et fantasque, et son impétuosité lui avait déjà coûté cher. Cela ne se reproduirait plus, grâce à la mémoire inconsciente des événements qui s’étaient déroulés au XIXe siècle et qui lui commandaient la prudence. Non, elle avancerait lentement, serait plus solitaire, et la compagnie de cette mère serait bénéfique.

Wil intercepta mon regard.

– Nous sommes en train de voir ce qui s’est passé quand elle a commencé à examiner sa future vie actuelle, expliqua-t-il.

Maya imaginait maintenant comment sa relation avec sa mère se développerait. Dès l’enfance, elle serait exposée à la négativité de cette femme, à ses peurs, à sa tendance à critiquer les médecins. Cela l’inciterait à s’intéresser à la relation entre l’esprit et le corps ainsi qu’à la responsabilité du patient dans sa propre guérison. Elle transmettrait ces informations à sa mère, qui s’impliquerait alors dans son propre rétablissement et serait son premier patient. Par la suite elle deviendrait un supporter clé, un témoignage vivant des bienfaits de la nouvelle médecine.

Maya se concentra ensuite sur son futur père, assis à côté de la femme sur la balançoire. De temps en temps cette dernière posait une question et il répondait par une très courte phrase. Il aspirait surtout à rester assis, à contempler le vide et à ne pas parler. Son cerveau bouillonnait sous la pression de ses idées. Il entrevoyait de nouvelles possibilités de recherche et songeait aux questions inédites qu’il allait poser, en particulier sur la relation entre l’inspiration spirituelle et le système immunitaire. Maya voyait les avantages de l’attitude distante adoptée par son père. Grâce à lui, elle pourrait maîtriser sa propre tendance à se leurrer ; dès l’enfance, elle devrait penser par elle-même et devenir réaliste. Elle et son père finiraient par discuter de questions scientifiques : plus expansif, il lui communiquerait des informations techniques enrichissantes qui donneraient un fondement solide à ses nouvelles méthodes de soins.

Sa naissance auprès de tels parents aurait également des avantages pour eux. Ses parents stimuleraient dès l’enfance son intérêt pour les méthodes de guérison, tandis qu’elle les pousserait dans une direction prédestinée : sa mère accepterait d’avoir une attitude active face à la maladie, son père combattrait sa tendance à fuir les autres et à ne vivre que dans son petit monde personnel.

Sa vision fit un saut dans le temps et s’immobilisa sur le déroulement de sa jeunesse. Sur son chemin elle croiserait de nombreuses personnes qui chacune, à un moment adéquat, sur un sujet précis, féconderait son apprentissage et son expérience. À la faculté de médecine elle rencontrerait exactement les patients et les praticiens qui l’aideraient à développer sa conception d’une pratique médicale alternative.

Maya vit ensuite sa rencontre avec son associé, comment ils ouvraient une clinique ensemble et définissaient un nouveau modèle de guérison. Ensuite sa vision lui révéla qu’elle participerait à un réveil spirituel. Sous nos yeux, elle découvrit les neuf révélations puis rencontra un groupe de réflexion, l’un de ces nombreux groupes qui allaient commencer à graviter autour du monde entier. Les membres de ces groupes se rappelleraient qui ils étaient dans l’autre dimension et contribueraient à vaincre la polarisation de la Peur.

Elle se vit soudain en train d’avoir des entretiens importants avec un homme grand, athlétique, intelligent et portant un vêtement militaire. Surpris, je me rendis compte qu’elle le connaissait déjà : c’était l’homme en compagnie duquel elle avait été assassinée au XIXe siècle. Je me concentrai intensément sur lui et reçus un autre choc. Je l’avais également aperçu dans la Revue de Vie de Williams, car il s’agissait du collègue de travail qu’il n’avait pas réussi à aider.

Ensuite, sa vision s’éleva à un niveau qui dépassait mes capacités de compréhension, et son corps fusionna avec la lumière aveuglante qui se trouvait derrière lui. Sa vision personnelle de sa future existence participait apparemment d’une vision plus large qui englobait toute l’histoire et l’avenir de l’humanité. Elle semblait voir sa vie future dans une perspective ultime, clairement située à l’intérieur de l’évolution globale de l’humanité, intégrant son passé comme son futur. Je sentais tout cela mais n’arrivais pas à distinguer les images.

La vision de Maya prit fin et elle réapparut dans le décor vert, entourée de son groupe d’âmes. Maintenant elles regardaient une scène se déroulant sur terre. Apparemment, ses futurs parents avaient décidé d’avoir un enfant et allaient faire l’acte d’amour qui assurerait sa conception.

L’énergie du groupe d’âmes de Maya avait augmenté et il paraissait maintenant enveloppé d’un tourbillon blanchâtre et ambré, qui tirait son intensité de la lumière brillante à l’arrière-plan. Je pouvais sentir moi-même l’énergie, au plus profond de moi, ainsi qu’un amour et une vibration presque aussi puissants que la jouissance sexuelle. Sur terre, le couple était étroitement enlacé et, au moment de l’orgasme, une onde d’énergie d’un vert blanchâtre surgit de la lumière, traversa Maya ainsi que son groupe d’âmes et pénétra dans le couple. Cette énergie orgasmique parcourut leur corps, permettant l’union du spermatozoïde et de l’ovule qui allait inéluctablement mener à la création d’un nouvel être humain.

Nous pûmes observer le moment de la conception et la fusion miraculeuse des deux cellules en une seule. Lentement d’abord, puis plus rapidement, les noyaux se divisèrent et se différencièrent, formant finalement un embryon. Chaque fois qu’une cellule se divisait, l’image de Maya devenait plus floue. Finalement quand le foetus se développa, elle disparut complètement. Il ne resta plus que son groupe d’âmes.

J’aurais pu capter encore d’autres données, mais ma concentration diminua considérablement. Soudain le groupe d’âmes disparut et je me retrouvai seul avec Wil. Nous nous dévisageâmes avec étonnement. Il semblait très exalté.

– À quoi avons-nous assisté ? demandai-je.

– À toute l’évolution de Maya, de sa naissance jusqu’à sa vie actuelle, qui était contenue dans la mémoire de son groupe d’âmes, répondit Wil. Nous sommes remontés dans le temps et avons appris comment elle connaissait dès le départ ses futurs parents, ce qu’elle pensait pouvoir accomplir, et même la façon concrète dont elle a été projetée dans la dimension physique au moment de sa conception. D’un signe de tête, j’incitai Wil à continuer.

– L’acte sexuel ouvre un portail qui permet de passer de l’Après-Vie dans la dimension terrestre. Les groupes d’âmes vivent dans un état d’amour intense, d’une intensité orgasmique qui dépasse ce que toi et moi pouvons connaître. L’apogée de l’acte sexuel donne un aperçu de l’Après-Vie, mais il ne dévoile qu’une faible partie de la vibration et de l’amour qui existent dans cette dimension ; en effet, à ce moment, le portail est ouvert et l’énergie se précipite, amenant avec elle une nouvelle âme. Nous avons vu comment cela se passe. L’union sexuelle représente un moment sacré durant lequel une partie du Ciel s’écoule vers la Terre.

J’approuvai en silence, réfléchissant aux implications de ce qu’il venait de dire, puis je déclarai :

– Maya semblait savoir quelle tournure prendrait sa vie si elle naissait de ces parents-là.

– Oui, apparemment, avant que nous naissions, chacun de nous a une vision de ce que sa vie peut être, de ce que seront ses parents, ses mécanismes de domination, et même de la façon dont il pourra dépasser ces scénarios préétablis avec ses parents et se préparer à ce qu’il veut accomplir.

– J’ai compris la plupart de ces séquences, mais tout de même cela m’a semblé bizarre. D’après le récit de Maya, sa vie réelle a été bien différente. Sa mère ne l’a jamais comprise et n’a jamais su faire face à sa maladie ; quant à son père, il était si distant qu’elle n’a découvert le contenu de ses recherches qu’après sa mort.

– Mais c’est normal, dit Wil. La vision offre apparemment un schéma directeur idéal de ce que notre moi supérieur entend accomplir durant sa vie, le scénario le plus optimiste, en quelque sorte, si nous suivons parfaitement nos intuitions. Ce qui se passe dans la vie constitue une approximation de cette vision, la meilleure que chacun d’entre nous peut réaliser dans les circonstances actuelles. Mais ce que vient de nous apprendre la dixième révélation sur l’Après-Vie éclaire notre expérience spirituelle sur terre, en particulier la perception des coïncidences et la façon dont fonctionne la synchronicité.

« Lorsqu’une intuition ou un rêve nous indique une direction à suivre et que nous nous y conformons, certains événements se produisent et nous apparaissent comme des coïncidences magiques. Nous nous sentons plus vivants et enthousiastes. Les événements semblent fixés par le destin, comme s’ils devaient se produire.

« Ce que nous venons de voir place tout cela dans une perspective plus vaste. Nos intuitions, nos images mentales d’un avenir possible proviennent en fait de notre Vision de Naissance, de ce que nous voulions faire de notre vie à cette étape précise de notre voyage. Cela ne se réalisera peut-être pas, car chacun d’entre nous a son libre arbitre ; mais lorsque nous agissons conformément à notre vision originelle, nous nous sentons inspirés ; nous sommes persuadés d’être sur le chemin de la destinée que nous avions l’intention de suivre fidèlement.

– Mais quel rôle joue notre groupe d’âmes ?

– Nous sommes reliés à elles. Elles nous connaissent, partagent notre Vision de Naissance et nous accompagnent durant toute notre vie. Ensuite, dans l’autre dimension, elles restent à nos côtés quand nous revoyons notre existence. Elles agissent comme un réservoir qui contient nos souvenirs, qui conserve les informations sur les différentes étapes de notre évolution.

Il marqua une pause et me regarda droit dans les yeux.

– Et apparemment, quand nous sommes dans l’Après-Vie et que l’une d’entre elles retourne à la dimension matérielle, nous rejoignons le groupe d’âmes qui la soutient et acquérons le même pouvoir qu’elles.

– Alors, lorsque nous sommes sur terre, notre groupe d’âmes nous transmet des intuitions et nous oriente ?

– Non, pas du tout, les intuitions et les rêves nous sont propres et proviennent de notre connexion spirituelle intérieure avec le divin. Les groupes d’âmes nous envoient seulement de l’énergie supplémentaire et élèvent notre esprit d’une façon spéciale que je n’ai pas encore réussi à discerner. Lorsque nous nous élevons de cette façon, nous pouvons plus aisément nous rappeler ce que nous savions déjà.

J’étais fasciné par les éclaircissements de Wil.

– Alors cela explique le sens de mon rêve et celui de Joël ?

– Oui. Quand nous rêvons, nous rejoignons notre groupe d’âmes, et cela nous remet en mémoire notre objectif à ce moment précis de notre vie. Nous recevons des aperçus sur notre but existentiel originel. Ensuite quand nous nous réveillons, nous conservons ce souvenir, bien que parfois sous forme symbolique. Dans ton cas, parce que tu es plus ouvert à la spiritualité, tu as retenu de façon littérale les informations fournies par ton rêve.

« Joël, lui, était moins ouvert à la spiritualité ; son rêve a revêtu une forme plus embrouillée. Son souvenir était confus et sa conscience a reçu un message symbolique à propos d’une guerre. Il n’a compris que l’idée générale de sa Vision de Naissance : il devait rester pour aider à résoudre un problème dans la vallée, et s’il s’enfuyait il le regretterait.

– Alors les groupes d’âmes nous envoient toujours de l’énergie, dis-je, et espèrent que nous nous rappellerons notre Vision de Naissance ?

– Oui.

– Et pourquoi donc le groupe d’âmes de Maya se réjouissait-il tant ?

Le visage de Wil devint plus grave.

– Il se réjouissait parce que Maya voyait clairement pourquoi elle était née de ces parents précis et comment les expériences de son enfance l’avaient préparée à consacrer sa carrière à soigner les autres, à les aider à se guérir eux-mêmes. Mais… ce n’était que la première partie de sa Vision de Naissance. Elle doit encore se souvenir d’autres éléments.

« J’étais présent lorsqu’elle a de nouveau rencontré l’homme en compagnie duquel elle avait été tuée au XIXe siècle. Mais il y a d’autres informations que je n’ai pas pu comprendre. Et toi ?

– Tout n’était pas très clair. La vision évoquait la Peur qui se développe actuellement. Elle confirmait que Maya faisait partie du groupe de sept personnes que Williams a vu revenir sur terre. Ce groupe possédait une vision plus vaste, sous-jacente à nos objectifs de vie, dont nous aurons besoin pour chasser la Peur.

Wil et moi nous nous regardâmes pendant un long moment, puis je ressentis une nouvelle vibration qui provenait de mon expérience précédente. L’image d’une rencontre entre un homme de haute taille et Maya me vint à l’esprit. Elle avait également vu cette même scène. Qui était cet homme ?

J’allais mentionner cette image à Wil quand le souffle me manqua. Une douleur insupportable me traversa l’estomac. En même temps un hurlement strident me fit reculer ; comme la première fois je tendis le bras vers Wil et je vis son visage devenir flou. Je luttai pour continuer à voir ce qui se passait, puis je perdis complètement l’équilibre et tombai de nouveau en chute libre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s