Un 3ème œil sur la réalité

James Redfield – La Vision des Andes – 6 : L’expérience mystique.

James Redfield – La Vision des Andes – 6 : L’expérience mystique.

L’importance de l’expérience mystique a commencé à être massivement perçue dans la culture occidentale à partir de la fin des années 1950, surtout suite à la vulgarisation des traditions hindouiste, bouddhiste et taoïste par des écrivains et des penseurs comme Cari Jung, Alan Watts et D. T. Suzuki[46]. Cette dissémination des idées s’est poursuivie au cours des décennies suivantes à travers une multitude de livres, y compris ceux de Paramahansa Yogananda, J. Krishnamurti et Ram Dass[47]. Tous ces auteurs affirment que chacun d’entre nous peut faire l’expérience d’une rencontre intérieure mystique.

Durant ces mêmes décennies, un large public a commencé à s’intéresser à la riche tradition ésotérique de la spiritualité occidentale. Les réflexions de saint François d’Assise, Maître Eckhart, Emanuel Swedenborg et Edmond Bucke ont toutes connu un regain d’attention, parce que ces penseurs, à l’instar des mystiques orientaux, croient en la possibilité d’une transformation intérieure[48].

Nous avons finalement atteint une étape où les expériences personnelles transcendantales, qu’on les appelle illumination, nirvana, satori, transcendance ou conscience cosmique, bénéficient d’une large acceptation. Elles font partie intégrante de notre nouvelle conscience spirituelle. De plus en plus, notre culture reconnaît non seulement que les rencontres mystiques existent mais que le commun des mortels peut en faire l’expérience.

De la théorie à la pratique.

La culture occidentale a commencé à explorer l’expérience mystique au cours de longues discussions et spéculations intellectuelles. Nous devions d’abord nous familiariser avec de nouveaux concepts et trouver une façon personnelle de les insérer dans la conception occidentale du réel. Ces débats ont stimulé notre intérêt et jeté une lumière nouvelle sur nos idées spirituelles abstraites, sur des notions comme la communion avec Dieu, la quête intérieure du royaume intérieur ou la renaissance chrétienne.

Dans un sens, cependant, ces discussions restaient désincarnées, se limitaient à l’abstraction, capacité caractéristique de l’hémisphère cérébral gauche[49]. Même si nombre d’entre nous avaient l’intuition que de telles rencontres étaient possibles, peu avaient en fait vécu de véritables moments de transcendance. Cependant la diffusion de ces idées a continué, et l’on peut penser que bientôt la majorité des habitants de notre planète aura connaissance de ces expériences. De plus en plus nous entendons des personnes de notre entourage raconter leurs rencontres mystiques, et cela dépasse donc le petit cercle des livres et conférences pour initiés. L’idée devient de plus en plus une réalité vécue, affirmée par les autres et exprimée avec une cohérence qui nous enseigne que les expériences intérieures, transcendantales, peuvent être réellement vécues par le commun des mortels.

Cela nous a aidés à être plus honnêtes, en particulier avec nous-mêmes. Si nous regardons à l’intérieur de nous-mêmes et nous rendons compte que nous n’avons pas encore fait de telles rencontres, alors notre quête d’expériences transcendantales peut devenir une priorité absolue. Et nous avons compris aussi que ces rencontres intérieures, qui transforment ceux qui les font, se produisent de nombreuses façons, en empruntant de nombreux chemins.

Peu importe la religion, la pratique ou l’activité qui nous amènera à faire cette expérience : seule compte la perception intense, mystique, qui est notre objectif. L’expérience elle-même élargit notre conscience et nous imprègne d’une sensation de sécurité, de bien-être et de lucidité, inimaginable auparavant.

Transcendance et sport.

Chacun a entendu parler des expériences limites que l’on peut faire en pratiquant un sport ou un exercice physique. Dans de tels cas, notre conscience se modifie, et cela se traduit d’abord par une sensation de totale immersion dans l’action. Notre corps se sent différent, comme s’il se mouvait plus efficacement, avec plus de grâce, et qu’il s’accordait plus complètement avec notre objectif.

Plutôt que d’être un élément séparé de l’activité physique, d’observer l’action et de réagir ensuite, nous faisons partie de ce flux, de la totalité de ce moment, comme si nous savions à l’avance ce qui allait se passer, où la balle va aller, ce que les autres joueurs vont faire. Nous réagissons spontanément, de façon concertée avec les autres, afin de nous trouver au bon endroit et au bon moment.

Souvent, le temps lui-même se modifie, ralentit. Quand nous sommes dans un état normal, nous avons habituellement l’impression que le jeu va trop vite, que nous courons constamment pour combler notre retard, que nous luttons pour anticiper les actions des autres. Mais dans ces expériences limites, ces points culminants, le temps ralentit tandis que notre conscience atteint un plan plus élevé, presque omnipuissant. Dans un tel état, nous semblons avoir tout le temps du monde pour frapper la balle ou sauter pour l’attraper dès le premier rebond. Quand nous observons des athlètes qui jouent à ce niveau, nous avons l’impression qu’ils défient la gravité, qu’ils demeurent au-dessus du sol plus longtemps que cela ne semble possible, et qu’ils mènent des actions spectaculaires qui les élèvent instantanément à une autre dimension.

Au cours des deux dernières décennies, de nombreux livres ont décrit la dimension intérieure cachée de chaque sport, en particulier du golf. Le livre de Michael Murphy, Golf in the Kingdom, s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires parce qu’il raconte parfaitement l’expérience intérieure associée à ce sport[50]. Le golf bénéficie d’une popularité croissante dans le monde, parce qu’il offre des récompenses et propose des défis spéciaux. Il faut frapper une petite balle blanche, qui n’a que 2,54 centimètres de diamètre, avec un club très long, dont la tête n’est guère plus grande que la boule elle-même. Les défenseurs de ce sport affirment souvent que le golf est le plus difficile des jeux, précisément pour cette raison. Certes, il faut frapper une balle qui ne bouge pas, mais cela même crée des difficultés supplémentaires : le joueur est seul avec lui-même, il fait face à la pression du long swing qu’il doit effectuer et du chemin relativement étroit qui mène à une cible éloignée. Dans d’autres jeux, le rythme de l’action et le mouvement de la balle nous permettent parfois de relâcher notre tension intérieure, et aussi de réagir aux actions d’autrui. Sur les terrains de golf, le joueur lutte constamment contre les conséquences désastreuses de la peur, de la tension et d’une réflexion trop intense, tout en entamant son swing à partir d’une position totalement immobile.

Peut-être ce défi intérieur augmente-t-il le pouvoir d’attraction de ce sport et nous permet-il de reconnaître aussi facilement une expérience limite.

Notre esprit identifie parfaitement le moment où notre corps prend vraiment la situation en main, se met à opérer sans effort, et où notre volonté semble conduire la balle jusqu’à la cible.

La danse et les arts du mouvement.

Chacun a pu voir des danseurs flotter quasiment I dans les airs et des pratiquants des arts martiaux accomplir des gestes d’une totale coordination. Ces activités représentent un autre moyen d’effectuer une expérience transcendantale. Comme les derviches tourneurs soufis, beaucoup de formes de danse nous font sortir de notre état de conscience ordinaire et nous mettent en contact avec notre j conscience spirituelle intérieure.

Comme les sportifs, les danseurs sentent que leur conscience s’élargit, en même temps que leur coordination musculaire atteint son apogée. De plus, beaucoup d’entre eux vivent des expériences extatiques lors de danses improvisées, libres, où les mouvements sont spontanés et la pensée repoussée tout à fait à l’arrière-plan. Pendant ces moments, ils semblent être la danse, expriment un aspect intérieur de leur être et touchent leur moi profond. Les arts martiaux cultivent un degré supérieur d’énergie spirituelle pour l’utiliser dans des mouvements et des performances physiques. À travers une gestuelle et une attention répétées, ces pratiques amènent graduellement à un abandon conscient des méthodes ordinaires de concentration et d’être.

Prière et méditation.

La prière et la méditation, deux des méthodes les plus traditionnelles, conduisent souvent à des expériences de transformation intérieure. Chacune des grandes religions utilise une de ces formes de communication avec le divin. Habituellement, quand nous prions, nous faisons appel à un créateur divin ou à une force divine pour une raison ou une autre; nous demandons de l’aide, des conseils ou un pardon au sens actif. Nous avons en tête un objectif. Mais nous prions aussi simplement pour le seul plaisir de la communion ou de la connexion.

Dans ce dernier cas, la prière ressemble beaucoup à la méditation, elle calme l’esprit, éloigne le bavardage de l’ego, organise une connexion spirituelle. Certaines traditions religieuses suggèrent d’utiliser un mantra (ensemble de mots ou de sons répétés que nous invoquons ou sur lesquels nous nous concentrons) pour aider ces efforts. Lorsque d’autres pensées émergent, la personne qui médite laisse ces idées partir, puis se reconcentre sur le mantra et la quiétude de la méditation. À un certain point, les idées désordonnées, fortuites, disparaissent et celui qui médite approfondit la relaxation jusqu’à ce que le sentiment de son moi ordinaire s’élargisse et se transforme en une expérience de la transcendance.

La prière, comme la méditation, peut conduire à une expérience de transformation intérieure, où notre connexion avec le divin induit un état extatique durant lequel nous ne faisons plus qu’un avec la totalité de l’univers.

Les sites sacrés.

De tous les chemins qui mènent à l’expérience mystique intérieure, le changement de conscience qui se produit parfois dans les sites sacrés et les régions sauvages est le plus fascinant. En un sens, tous les lieux de notre planète sont sacrés, et la transformation mystique peut se produire n’importe où. Cependant, à travers l’Histoire, certains lieux ont prouvé qu’ils facilitaient plus que d’autres l’accession à de tels états de conscience mystique.

Habituellement, ces sites ont des caractéristiques physiques très spécifiques. D’abord, ils sont presque toujours incroyablement beaux. Ils contiennent des cascades, de grandes forêts cathédrales, ou offrent de vastes vues panoramiques sur un paysage de rochers et de déserts. Ou bien ils abritent des objets artisanaux ou des ruines qui conservent l’énergie de peuples très anciens. En tout cas, leur majesté et l’apparence naturelle du site élèvent et élargissent notre conscience intérieure.

Il suffit d’y marcher quelque temps et, si nous faisons preuve d’un petit peu d’ouverture, nous commençons à nous sentir différents, plus que nous-mêmes. Nous sommes en totale harmonie avec tout ce qui nous entoure, avec l’ensemble de la création, sensation qui nous remplit de sécurité, de bien-être et de sagesse.

Comment localiser les sites sacrés.

La plupart d’entre nous connaissent des sites mystiques célèbres tels que Stonehenge, les pyramides d’Égypte, le Grand Canyon ou le Machu Picchu, mais les sites sacrés n’ont pas besoin d’être aussi connus; on peut les trouver dans chaque État ou comté des États-Unis et partout dans le monde. Beaucoup ont été évoqués par les peuples primitifs dans leur art et leur folklore. D’autres, cependant, n’ont jamais été signalés ou décrits à notre époque, et se trouvent dans les quelques contrées sauvages qui existent encore sur cette planète.

Pour cette raison, vous et moi devons les redécouvrir, une quête qui s’opère déjà. Dans la plupart des cas, quelqu’un a au moins une intuition sur l’emplacement de ces endroits spéciaux, et sur la personne qui pourrait être leur protecteur potentiel. Si vous ne savez pas où se trouvent ces sites dans votre région, posez des questions aux organisations du troisième âge ou aux personnes âgées que vous connaissez. Vous découvrirez normalement une masse d’informations et parfois des témoignages à propos du pouvoir d’un site local. Vous pourrez être attristé par certains récits relatant comment des endroits spéciaux ont été brutalement détruits par des opérations de déboisement, la construction de mines ou des projets immobiliers mal planifiés.

Vous pouvez aussi repérer ces sites en vous rendant dans la forêt domaniale ou le parc national le plus proche de chez vous et en menant votre propre enquête. Juste derrière la première colline, vous trouverez peut-être un endroit qui aura un incroyable pouvoir pour vous. Passez-y un peu de temps et testez-le.

Vous voudrez également que personne ne menace ces lieux, car ils sont en train d’être détruits à une grande vitesse. Aux États-Unis, même sur les terres appartenant au gouvernement fédéral, le Congrès permet encore à des multinationales de déboiser certaines des dernières étendues sauvages, des régions très belles qui contiennent des arbres plusieurs fois centenaires. La plupart des citoyens ne sont pas conscients du mal que les grandes entreprises causent actuellement à l’héritage de nos enfants.

Les critères de l’expérience mystique.

Alors que la synchronicité nous pousse vers la prochaine étape, faire une expérience mystique directe, nous sommes tentés d’intellectualiser seulement ce voyage. Certes, le fait d’aimer l’idée d’une transformation mystique, d’être fasciné par ce phénomène, d’y penser souvent, représente un premier pas. Mais une croyance abstraite n’équivaut pas à une expérience concrète.

Le vieux paradigme matérialiste nous incite constamment à penser, à analyser les lieux et les choses et à entretenir des relations avec eux à partir de cette perspective théorique. Personne ne peut juger si vous avez expérimenté ou non une telle ouverture intérieure au divin. C’est pourquoi ces expériences ont toujours été aussi insaisissables et mystérieuses. Et cela va bien plus loin que le simple fait d’admirer intellectuellement la beauté d’un site particulier, que la sensation de détente et de confort qui nous envahit après une prière ou une méditation, ou l’allégresse ressentie après un succès sportif ou à la fin d’un jeu.

Nous devons tous découvrir cette expérience spirituelle si nous ne l’avons jamais éprouvée auparavant. Elle élargit notre sentiment du moi à partir de l’intérieur, transforme notre compréhension de ce que nous sommes, et nous ouvre à l’intelligence qui se trouve derrière l’univers. C’est pourquoi très souvent il nous faut attendre de faire nous-mêmes ce type d’expérience avant de pouvoir exactement comprendre de quoi il s’agit. Sinon, nous ne saisissons pas à quel point cela nous affecte concrètement.

Certes, le fait que l’on débatte de plus en plus des expériences transcendantales nous aide. Les mystiques ont toujours expliqué qu’aucun mot ne saurait décrire une rencontre avec l’absolu, et je crois qu’ils ont raison. D’un autre côté, il semble exister certains critères communs entre ces phénomènes. Ils peuvent nous guider le long du chemin et nous aider à décider si nous vivons effectivement une telle expérience.

Une sensation de légèreté.

Durant une expérience mystique, au lieu de lutter contre la gravité, de nous propulser avec nos pieds lorsque nous nous levons ou marchons, nous nous sentons comme dans un ascenseur qui descend rapidement. Notre sensation de lourdeur décroît et nous avons presque l’impression de flotter.

Ce phénomène se produit dans toutes les rencontres mystiques, que ce soit durant la prière, la méditation, la danse, ou n’importe quelle autre activité. Nous sommes en train de pratiquer le yoga, le tai-chi-chuan ou de marcher dans un lieu d’une grande beauté, quand tout à coup la perception de notre corps commence à changer. Une énergie nous remplit de l’intérieur, et chasse en même temps la tension de nos muscles et le stress. Notre sens du mouvement se modifie également. Au lieu de nous déplacer avec l’impression que chacun de nos muscles exerce une poussée vers l’extérieur, contre le sol ou le plancher, tout notre corps se met à bouger à partir d’une position centrale, au milieu du buste.

Quand nous nous levons ou marchons, il nous est plus facile de bouger nos bras et nos jambes parce que l’énergie pour le faire émane désormais de cette source centrale. En fait, sa puissance nous donne le sentiment que nous flottons ou planons au-dessus du sol. Cela explique pourquoi les disciplines du mouvement (yoga, danse et arts martiaux) conduisent souvent à la transcendance intérieure. Elles nous permettent d’expérimenter la gravité d’une nouvelle façon, de faire appel à notre énergie intérieure. Quand elle pénètre pleinement, nous nous sentons en pleine expansion, au point que notre corps bouge en adoptant une position parfaite. Notre tête se redresse et s’étire au maximum des capacités de notre colonne vertébrale. Notre dos se sent plus fort, se tient bien droit grâce à sa propre énergie, plutôt qu’en raison d’un effort musculaire intentionnel.

Une sensation de légèreté nous indique précisément que nous sommes en train de vivre une expérience mystique. Nous sommes capables de la mesurer; lorsque nous atteignons le plan transcendantal, nous avons l’impression de flotter, comme si une bulle d’énergie spirituelle avait commencé à gonfler à l’intérieur de nous.

Proximité et connexion.

Durant une expérience intérieure transcendantale, notre degré d’intimité avec notre environnement matériel se modifie également. Chaque objet paraît soudain plus proche de nous. Cela peut se produire pendant n’importe lequel des voyages mentionnés vers le plan mystique, mais les effets en sont intensifiés quand nous nous trouvons dans un endroit d’où l’on peut voir à une grande distance.

Par exemple, un nuage qui flotte au loin dans le ciel acquiert soudain des contours plus prononcés dans notre conscience. Plutôt que de faire partie d’un arrière-plan banal et plat, il se détache maintenant, sa forme et sa présence se précisent. Soudain nous avons l’impression qu’il est plus proche de nous, comme si nous n’avions plus qu’à tendre le bras pour le toucher avec notre main. Dans cet état de conscience, d’autres objets paraissent plus proches de nous également : une montagne, des arbres sur une pente, des ruisseaux dans une vallée. Tous ces éléments semblent maintenant avoir davantage de présence et d’allure, même s’ils sont très éloignés. Ils nous sautent littéralement au visage et exigent notre attention.

Proximité et entente avec l’univers vont de pair, comme le décrivent couramment les mystiques qui ont l’impression de ne faire qu’un avec toute chose. Lorsque nous sommes dans cet état de conscience et observons notre environnement, chaque chose semble faire partie de nous, et cela dépasse le simple fait que notre relation aux éléments extérieurs passe par le canal de nos yeux. Comme Alan Watts l’explique, nous sentons que tout ce qui nous entoure fait partie de notre moi élargi, cosmique, et voit à travers nos yeux[51].

Sécurité, éternité et amour.

Nous avons déjà exposé les importantes découvertes faites à la fois par les mystiques et les psychologues des profondeurs, notamment que les êtres humains tendent à être anxieux, angoissés, à se couper de leur source intérieure. Atteindre une conscience existentielle complète peut sembler souvent inquiétant, nous remplir d’appréhension, car la menace de la mort occupe notre esprit. Face à cette angoisse, comme nous l’avons vu, l’humanité a adopté historiquement deux attitudes. Les hommes sont devenus inconscients et ont repoussé la réalité de leur insécurité à l’arrière-plan en créant une culture qui offrait beaucoup d’activités et de diversions et prônait des valeurs héroïques donnant du sens à l’existence. Les temps modernes se sont ainsi focalisés sur des préoccupations matérielles, séculières, en écartant tout ce qui rappelait les mystères de l’existence.

Nous avons tenté de résoudre notre insécurité personnelle en cherchant à dominer les autres, de façon passive ou agressive. Nous avons ainsi capté l’énergie spirituelle d’autrui, ce qui nous a donné une sensation temporaire de complétude et d’assurance. Les mécanismes de domination traditionnels nous ont permis de manipuler nos semblables pour obtenir cette énergie. Souvenons-nous cependant que c’est parce que nous manquons d’énergie, et que nous sommes séparés de notre source d’énergie intérieure, que ces automatismes se mettent en place.

L’ouverture mystique intérieure permet de mettre fin à cette insécurité existentielle. Elle se traduit par une sensation de sécurité et d’euphorie qui nous permet de jauger efficacement notre état d’esprit. Plus nous nous ouvrons à l’énergie divine intérieure, plus nous comprenons que la vie est éternelle et spirituelle. Nous percevons que nous faisons personnellement partie du grand ordre de l’univers. Non seulement nous sommes éternels mais on se soucie de nous, nous sommes inclus dans le Grand Plan qu’est la vie sur terre, nous y apportons notre contribution. Si nous prêtons attention à la sensation de bien-être et de sécurité qui coule à l’intérieur de nous, nous sommes sécurisés, parce qu’une forte émotion, un grand sentiment d’amour, nous habite, écartant tout autre sentiment.

L’amour, bien sûr, est le critère le plus connu de la transcendance intérieure. Cependant, il s’agit d’un amour différent de l’amour humain qui nous est familier. Nous avons tous éprouvé cette sorte d’amour qui se concentre sur un sujet : parent, épouse, enfant ou ami. L’amour qui mesure l’ouverture transcendantale appartient à une autre catégorie. Il existe sans se focaliser sur un sujet particulier, et il devient une constante qui garde nos autres émotions en perspective et dont l’influence se fait sentir partout.

Nous souvenir de nos expériences transcendantales.

Ces critères identifiables des expériences transcendantales sont salutaires sur deux plans.

Premièrement, ils nous aident dans notre quête d’une expérience mystique véritable. Non pas avant de l’effectuer, car il nous faut mettre provisoirement de côté l’intellect pour entrer dans la dimension transcendantale ; mais après l’avoir vécue, car ils nous servent à évaluer si nous avons véritablement atteint ce niveau de la conscience.

Deuxièmement, ces critères nous aident à intégrer cette expérience transcendantale dans notre vie quotidienne. Les rencontres mystiques flottent au mieux quelques instants dans notre conscience et disparaissent aussi rapidement qu’elles commencent. Il nous faut ensuite participer à une pratique disciplinée, trouver une façon de prier régulièrement, de méditer, de mouvoir notre corps, afin de revenir à l’euphorie de l’état mystique et de construire sur cette base.

Chaque jour nous devons nous souvenir comment nous nous sommes sentis, en nous rappelant chacun des critères de la transcendance, et ensuite les saisir, les projeter, les insérer dans notre vie. Comme nous l’expliquerons plus loin, nous ne nous débarrasserons totalement de nos mécanismes de domination ou de ceux des autres que lorsque nous aurons suffisamment d’énergie et de sécurité intérieures, ce que seule l’expérience mystique peut nous donner. Et nous devons nous souvenir de l’illumination que nous avons ressentie.

Dès que vous sortez de votre lit le matin, rappelez-vous les critères de la transcendance pour vous rapprocher au maximum de la révélation originale. Rappelez-vous la légèreté et la coordination, la sensation de proximité et d’unicité, l’influx d’énergie et de sécurité intérieures. Souvenez-vous de l’amour divin que vous avez ressenti. À travers une pratique spirituelle telle que la méditation ou la prière, par exemple, faites appel au souvenir de ces sensations, jusqu’à ce que vous soyez rempli d’amour pour vous guider durant votre journée.

Si cet amour est là, alors vous savez que vous êtes ouvert à la source divine d’énergie qui nous habite toujours. Cela ne signifie pas, bien sûr, que nous n’éprouverons plus jamais d’émotions négatives comme la colère, la jalousie ou la haine. Mais, lorsque cela se produira, la constance de l’amour les empêchera de dominer notre esprit. Elles seront placées dans une perspective raisonnable : elles nous affecteront puis nous les laisserons s’en aller, en nous centrant de nouveau sur l’amour omniprésent qui donne de l’énergie à notre être.

Chacun doit décider seul si et quand ces critères deviendront une partie de sa vie quotidienne. Après une expérience transcendantale, nous devons acquérir la discipline suffisante pour les assimiler nous-mêmes. Quand nous sommes à proximité de personnes qui ont une telle conscience, leur présence peut stimuler notre mémoire, mais il n’existe pas de raccourci pour revenir puiser dans notre énergie intérieure, consciemment, afin d’augmenter l’influence de ces critères sur notre vie personnelle.

Quand nous prenons l’engagement ferme de maintenir l’ouverture d’énergie que nous avons expérimentée, nous nous préparons à franchir une nouvelle étape dans la conscience. Nous notons que les coïncidences augmentent, car nous savons maintenant que notre destin empruntera un chemin unique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s