Un 3ème œil sur la réalité

James Redfield – La Vision des Andes – 11 : La vision de l’Après-Vie.

James Redfield – La Vision des Andes – 11 : La vision de l’Après-Vie.

Si notre destin est de devenir des êtres spirituels sur Terre, qu’en est-il du reste de notre histoire, du processus de la naissance et de la mort ? Qu’allons-nous découvrir sur la dimension céleste dont nous venons et où nous retournons quand notre temps est achevé ici-bas ?

D’après les derniers sondages, une grande majorité des Américains croient à l’Après-Vie, et la proportion est encore plus forte dans de nombreux pays étrangers. Mais, tout le confirme, nos conceptions de la vie après la mort sont très différentes de l’idée du Ciel et de l’enfer qui prédominait dans l’ancienne culture matérialiste[80].

Dans le passé, nous avions une vision gentiment caricaturale de l’Après-Vie avec ses anges, ses harpes et ses nuages. Puisque nous niions le mystère de la mort, nous ne pouvions analyser le sujet de près. La culture occidentale n’avait pas de temps à consacrer à une approche pragmatique de la mort.

Mais, comme nous l’avons vu, la psychologie humaniste du milieu du XXe siècle ébranla cette situation. Aujourd’hui, non seulement nous regardons la mort comme un élément naturel de la vie, mais nous comprenons dans le détail ce qui advient au cours de ce passage. Notre culture est submergée depuis plusieurs décennies par des informations nouvelles à ce propos. De multiples ouvrages sont parus sur les expériences de mort imminente (NDE), offrant des récits de première main fournis par des individus cliniquement morts durant un certain temps et qui sont revenus à la vie. La plupart d’entre eux ont senti, ou ont été convaincus de sentir, qu’ils avaient encore quelque chose à accomplir.

De plus, certains chercheurs tout à fait estimés, tels Kenneth Ring et Melvin Morse, ont procédé à une analyse scientifique de ces expériences, et ont publié le résultat de leurs travaux pour le grand public[81], ce qui a accru la crédibilité des NDE.

Quelques films ont également contribué à diffuser cette information sur l’Après-Vie et à la rendre plus vraisemblable. Qui n’a pas été captivé par le réalisme de Always, où un pilote de l’administration des Eaux et Forêts sauve la vie d’un ami mais perd la sienne dans l’explosion terrible de son avion ? Il se retrouve un peu plus tard en train de marcher et croit avoir échappé à la mort. Un esprit le convainc qu’il est bien décédé, et qu’il doit maintenant se comporter lui aussi comme le guide spirituel du pilote maladroit qui le remplace. Le réalisme de ce lien est impressionnant.

Le film Ghost en offre une autre illustration. Un homme est tué dans une tentative de braquage, mais il se trouve pourtant encore sur Terre et voit ce qui s’y passe, tout en étant incapable de manifester sa présence aux autres. Il est resté pour protéger un ami contre un meurtrier qui cherche le mot de passe secret d’un ordinateur. Au fil de l’intrigue, il rencontre d’autres fantômes, apprend comment ceux-ci réussissent à entrer en contact avec les vivants et fait la connaissance d’un médium qui peut vraiment communiquer avec lui. Ces films fascinants reflètent une connaissance embryonnaire de ce à quoi nous pouvons nous attendre après notre décès. De nombreuses questions demeurent sans réponse mais, grâce à la diffusion de ces informations, nous avons une image plus nette de la mort, et cette connaissance élargit notre perspective sur notre existence terrestre et sur l’évolution.

Les expériences de mort imminente (NDE)

L’un des aspects stupéfiants des NDE, c’est que ceux qui en sont revenus donnent des versions convergentes de ce qui leur est arrivé. Beaucoup, par exemple, quittent leur corps et commencent par planer juste au-dessus de leur lit ou du lieu de l’accident dont ils ont été victimes. Ils assistent fréquemment aux tentatives de réanimation et surprennent des conversations précises dont les détails sont ensuite vérifiables.

Certains se promènent dans l’hôpital pendant un certain temps avant de se demander : « Et maintenant, que dois-je faire ? » Cette question provoque une sensation de mouvement, le sujet entre dans un tunnel de lumière, où il est aussitôt aspiré. D’autres se retrouvent tout de suite dans le tunnel, sans passer par une période d’observation transitoire.

Le tunnel conduit parfois à une aire d’attente ou de repos, baignant dans une lumière chaude et blanche. La personne nage dans une immense sensation de paix et d’amour. Elle rencontre souvent des parents ou amis défunts, qui lui expliquent la situation; en général, elle a l’impression d’être revenue chez elle et résiste à l’idée de retourner sur le plan terrestre.

Puis elle assiste à sa Revue de Vie. On lui donne parfois le choix entre rester ou repartir. Ou bien on lui dit qu’elle doit absolument retourner sur Terre et on lui explique pourquoi. Dans un moment de lucidité ou d’illumination, les sujets comprennent presque toujours ce qu’il leur reste à accomplir sur Terre.

Leur existence est profondément bouleversée par cette expérience. La plupart se tournent vers des vies inspirées, de don et d’amour[82].

La revue de vie.

La Revue de Vie constitue l’un des aspects les plus fascinants de la NDE. Les sujets racontent en général qu’ils ont vu leur existence tout entière défiler devant leurs yeux, moins comme un film que comme une représentation holographique. Ils en revoient tous les détails et examinent leur vie d’un oeil critique. Leur conscience semble s’élargir et s’unir avec une intelligence divine plus vaste.

Ceux qui ont vécu des NDE assurent que leur lucidité supérieure au moment de la Revue de Vie leur a permis de comprendre leurs décisions erronées, et de voir comment ils auraient pu mieux faire face à certaines situations. Ce bilan est à la fois extrêmement douloureux ou gai, selon la scène visionnée. Quand ils revoient un incident où ils ont blessé psychologiquement quelqu’un, ils ressentent la douleur de cette personne comme s’ils étaient littéralement à sa place.

Ils perçoivent tout autant la joie et l’amour qu’ils ont suscités. Du fait de cette empathie intense, la plupart de ceux qui sont passés par une telle expérience reviennent à la vie avec la ferme détermination de ne pas commettre les mêmes erreurs et de multiplier les occasions de venir en aide aux autres. Chaque jugement sur un individu, chaque interaction avec un ami ou un enfant, chaque pensée émise prend un sens renouvelé, car la personne sait qu’elle revivra un jour chacun de ces instants, lors de sa prochaine Revue de Vie.

À un certain niveau, nous avons toujours su ce qu’il en était. Nous avons tous entendu quelqu’un qui avait frôlé la mort affirmer : « Ma vie tout entière a défilé devant moi. » Une bonne partie de la littérature et des textes religieux consacrés au jugement dernier mentionnent eux aussi une espèce de Revue de Vie. Ce sont les détails de cette expérience qui parviennent maintenant à notre conscience. Quand nous mourons, nous sommes jugés non par un dieu vengeur, mais par une conscience divine dont nous sommes partie intégrante.

Grâce à ces informations, nous sommes en mesure de nous apaiser et de devenir plus conscients de l’effet de nos actions. Nous comprenons mieux les raisons d’élever consciemment les autres, sans cesse. Notre jugement est faillible, mais nous pouvons désormais faire des pauses de temps à autre pour examiner nos actes et en quelque sorte effectuer à l’avance notre Revue de Vie. Nous retrouvons ainsi le vrai sens du repentir.

Le problème du mal.

Que penser du démon et de la conspiration des anges déchus, qu’évoquent tant de traditions religieuses ? Aucune des recherches sur les NDE n’a trouvé la moindre trace de ces idées ridicules.

Les NDE confirment qu’il n’existe qu’une seule force divine dans l’univers, et qu’elle est positive. Le problème du mal concerne exclusivement l’ego humain et la peur, qui nous éloignent de cette force créatrice. Quand nous sommes connectés avec cette divinité, ici ou dans l’au-delà, notre assurance nous vient de l’intérieur. Quand nous sommes coupés de la source divine, nous cherchons une source de sécurité en dehors de nous-mêmes, sous la forme d’une gratification pour notre ego, par des mécanismes de domination permettant de dérober de l’énergie aux autres.

Comme nous l’avons vu au chapitre 5, les êtres humains imaginent toutes sortes de moyens pour limiter leur expérience et tenir à distance leur angoisse. Tout le mal, depuis les manies sordides du satyre jusqu’aux paris désespérés du criminel en col blanc, n’est qu’un moyen de réprimer, même pour un instant, le désespoir. Le mal et l’enfer sont des états intérieurs.

La plupart des criminels violents ont grandi dans un environnement de privations caractérisé par le manque d’amour, les mauvais traitements et une grande peur. Un enfant dans une telle situation est souvent battu lorsqu’il pleure, parfois sexuellement torturé par ses parents ou ses frères et soeurs, terrorisé par de jeunes voisins plus âgés, et fondamentalement livré à lui-même. La crainte et la peur éprouvées dans ces conditions atteignent des niveaux inconcevables pour qui a été élevé dans un milieu familial plus sécurisant. Ces enfants doivent trouver un moyen de supporter leur situation, d’oublier la terreur et l’angoisse.

Dans ce genre de situation, l’enfant élabore un mécanisme, une espèce de manie ou d’obsession qu’il répète pour avoir le sentiment de maîtriser la situation. À un niveau d’angoisse superficielle, cette activité peut se réduire à une simple bravade de crocodile. Aux degrés les plus extrêmes, on trouve les tortures des tueurs en série ou la déshumanisation des terroristes. Ce genre de conduite représente un mécanisme de défense contre l’épouvante résultant d’une déconnexion spirituelle[83].

La nature de l’enfer.

Les dispositifs illusoires destinés à parer l’angoisse finissent toujours par s’effondrer. Ils atténuent le symptôme (l’angoisse) plutôt que de s’attaquer à la véritable maladie : la peur et l’insécurité. Ils sont donc, à terme, condamnés à l’échec. La bravade du crocodile, qui joue au dur, peut impressionner quelques instants les visiteurs d’un zoo mais, tôt ou tard, les paniques de l’enfance et la terreur de la solitude submergent la conscience. Comme un drogué qui augmente sa dose constamment, le crocodile doit intensifier ses gesticulations, son attitude agressive et son arrogance, pour tenir à distance l’angoisse. Mais cette façon de réagir le met dans des situations de plus en plus dangereuses et sa peur s’aggrave sans cesse.

Ce scénario peut être également suivi par le criminel en col blanc, dont les illusions finissent par le rattraper, ou par toute personne qui n’arrive plus à contrôler son rapport avec la drogue, les médicaments, son travail, le shopping, son alimentation, le sport ou le sexe. Quelle que soit la béquille ou la conduite obsessionnelle utilisée, elle ne s’attaque jamais à la cause principale et est donc vouée à l’échec. L’angoisse revient sournoisement et nous sommes à nouveau entraînés dans une fuite incessante, dans la déconnexion. C’est ça l’enfer sur terre, et d’après les informations fournies par ceux qui ont vécu des NDE ou qui ont analysé les expériences de sortie du corps, c’est aussi à cela que ressemble l’enfer dans l’Après-Vie.

Robert Monroe a rapporté que, durant ses voyages dans cette dimension, il avait régulièrement vu des groupes d’âmes se passionner pour des fantasmes sexuels délirants pour lutter, en vain, contre leur désespoir[84]. Ruth Montgomery, dans ses descriptions de l’Après-Vie dictées par Arthur Ford au cours d’un processus d’écriture automatique, remarque que certaines âmes ne pouvaient découvrir le Ciel après la mort, parce qu’elles étaient prisonnières des illusions qu’elles avaient créées durant leur vie sur Terre[85].

De tels récits laissent à penser que certains êtres dans l’Après-Vie s’efforcent d’intervenir auprès de ces âmes. Ils agissent probablement en utilisant le même procédé d’élévation d’autrui que nous connaissons : la concentration sur le moi supérieur de l’âme et la projection d’énergie vers celle-ci jusqu’à ce qu’elle s’éveille et commence à s’ouvrir au divin qui est en elle, seule façon efficace d’en finir avec une activité obsessionnelle.

Ces témoignages ne font état d’aucune conspiration diabolique. Les anges déchus des Écritures ne sont qu’un symbole. Comme l’ont suggéré certains penseurs, de Cari Jung à Joseph Campbell, la perte de la grâce originelle et l’histoire de la chute de Satan et de son bannissement en enfer ne sont que des métaphores désignant les traquenards inhérents à l’évolution humaine. Dans son voyage, sa longue évolution vers la spiritualité, l’humanité doit émerger de l’inconscience en renforçant l’ego et en devenant consciente d’elle-même. Mais pour aller plus loin, l’ego doit passer au second plan, laisser notre moi supérieur prendre les commandes et cesser de résister à l’expérience transcendantale.

Nous avons tous assisté aux révoltes d’un adolescent qui essaie d’être quelqu’un et se confectionne une identité originale, distincte de celle de ses parents. De la même façon, pour développer l’indépendance de notre ego, nous nous sommes écartés de notre source d’intuition et avons essayé de gérer notre vie nous-mêmes. La culture occidentale, dans son ensemble, est en état de rébellion depuis quatre ou cinq siècles, parce que, mue par la peur, elle a décidé de nier l’aspect essentiel de notre être.

En ce sens, le symbole d’un diable aux aguets, prêt à brouiller la piste de notre vie si nous nous écartons trop de Dieu, est justifié. C’est très exactement ce dont l’ego, détaché du divin intérieur, est capable.

La vision de naissance.

Lors d’une NDE, il arrive parfois que l’on découvre sa Vision de Naissance, vision qui améliore considérablement notre compréhension de la vie terrestre car elle offre un panorama optimal de notre existence[86]. Elle indique à celui qui fait une NDE les raisons de son retour, en lui faisant comprendre qu’il n’a pas terminé sa mission sur Terre.

Le fait de savoir que cette vision existe renforce l’idée que chacun d’entre nous peut découvrir sa véritable destinée, même si nous n’avons pas vécu personnellement une NDE. Nous avons déjà vu comment la compréhension de notre passé et de tout ce qui nous est arrivé peut nous aider à percevoir la vérité que nous sommes destinés à annoncer au monde. Mais notre conscience peut aussi accéder à une prescience de l’ensemble de notre destin, une image intégrale de ce que nous pouvons réaliser sur cette Terre en diffusant notre vérité et en suivant notre direction synchronistique. Il en résulte une conception nouvelle, plus claire, de la personne que nous pouvons devenir.

La plupart des Visions de Naissance survenant en dehors des NDE semblent être la conséquence d’une pratique spirituelle, prière, méditation ou toute autre activité qui élargit notre ouverture intérieure au divin. Vous êtes, par exemple, en train de vous promener dans un lieu d’une rare beauté et vous décidez d’entrer en méditation. Votre ego en est profondément apaisé. Puis vous projetez votre intention de devenir plus lucide et de vous concentrer sur votre question intérieure : « Et maintenant, que vais-je faire ? »

En un tel moment, vous ressentez un afflux d’inspiration et entrevoyez une image, comme dans un rêve éveillé, où vous vous voyez faire quelque chose. Il s’agit souvent d’une réponse intuitive à votre principal problème à ce moment-là. Mais parfois, comme nous le verrons dans le chapitre final, le champ s’élargit et prolonge le présent dans l’avenir le plus lointain, pour révéler dans ses moindres détails la raison de notre présence et notre tâche sur Terre. Cela correspondra à la vérité générale que la vie, comme vous le savez, vous a préparé à diffuser, et ira plus loin pour révéler l’évolution optimale de cette vérité vers votre mission.

Imaginons par exemple une jeune femme sachant déjà qu’elle veut passer d’un métier du marketing à un emploi dans l’enseignement, parce que son passé l’a préparée à aider les enfants à aimer la lecture. Elle pourrait élargir le sens de sa vérité en assistant à une Vision de Naissance plus complète, qui lui révèle une mission plus vaste, comme de créer un modèle d’enseignement utilisable dans n’importe quelle classe. Cette révélation aurait l’allure d’une image plus globale de sa mission si elle garde la foi en son objectif et la mène jusqu’au bout.

Une telle vision de l’avenir serait accompagnée de sentiments d’inspiration et de fierté. Elle se dirait, par exemple : « Ah ! si seulement je pouvais faire cela, je rayonnerais de vie, je serais comblée. » Expérimentée de cette façon, la Vision de Naissance demeure au fond de notre esprit comme une image du possible qui aide à donner un sens à notre question existentielle actuelle et donne de la profondeur aux coïncidences quotidiennes. Nous avons le sentiment non seulement d’avoir une vérité à transmettre mais aussi de ce qui peut arriver si nous la communiquons de la façon la plus riche.

J’ai personnellement vécu une telle vision en 1973, dans les Great Smoky Mountains du Tennessee. C’est là que j’ai eu un aperçu de tout ce qui devait arriver avec La Prophétie des Andes vingt ans plus tard. Le travail qui menait à l’écriture d’un livre, l’impact qu’allait avoir ma description de la nouvelle conscience spirituelle, les efforts ultérieurs pour préserver des régions sauvages, etc. J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une fantaisie de l’esprit, mais le souvenir de cette vision ne m’a jamais quitté… et quand elle a commencé à se vérifier, j’ai compris que j’avais eu une vraie Vision de Naissance.

Nous sommes ici en mission.

Nous pouvons maintenant percevoir toute la portée des informations sur l’Après-Vie pour notre séjour sur Terre. La nouvelle conscience spirituelle est fondée sur la perception de la synchronicité, chaque niveau de cette conscience nous apporte une compréhension accrue de la synchronicité et de la façon de l’appliquer chaque jour. L’Après-Vie nous offre la perspective la plus élevée sur ce processus : nous sommes ici en mission, et les coïncidences que nous pouvons vivre nous guident vers l’accomplissement de cette mission.

Cela éclaire toute l’importance d’une connexion intérieure, en dépassant nos techniques de manipulation et en trouvant la vérité que nous avons à transmettre. Nous découvrons l’être authentique que nous sommes vraiment. Notre vie sur Terre se résume effectivement à un seul objectif : devenir plus conscients de notre nature spirituelle.

Lorsque nous aurons trouvé notre vérité, celle-ci nous guidera vers une profession adéquate et une niche dans la société. Ce processus sera complété par une Vision de Naissance qui nous indiquera ce que notre travail pourra en fin de compte accomplir.

La réalité de la réincarnation.

Même si les films, les livres et les recherches sur la réincarnation sont devenus plus courants dans la culture contemporaine, beaucoup d’entre nous résistent à cette idée. De nombreuses religions enseignent que nous n’avons qu’une seule vie et que nous devrons ensuite affronter un jugement et l’éternité. Mais cet enseignement ne cadre pas avec les recherches et les expériences modernes.

Trop d’enfants sont en mesure de se souvenir non pas d’images vagues mais de noms, de villes et de détails d’une vie antérieure[87]. Il suffit de parcourir la littérature spécialisée pour trouver des preuves écrasantes que nous vivons plus d’une vie. Le Dr Brian Weiss, ancien président du département de psychiatrie du Mount Sinaï Médical Center, est le premier d’une liste impressionnante de médecins et d’auteurs qui ont constaté l’existence de vies antérieures au cours de leurs thérapies. Comme le montre Weiss dans son ouvrage Many Lives, Many Masters, certaines phobies, crises d’angoisse, etc., tirent leur origine non pas de la petite enfance, mais, plus en amont, de vies précédentes. Le Dr Weiss considère, en fait, que presque chacun de nous peut se souvenir de ses vies passées, grâce à une méditation orientée[88].

Dans quelle mesure cette connaissance de la réincarnation contribue-t-elle à accroître notre conscience ? Nous savons que non seulement nous effectuons un voyage synchronistique et que nous trouverons une position appropriée dans la société, mais que nous sommes venus pour remplir une mission plus vaste. Eh bien, si nous sommes en mission, c’est que tout le monde l’est.

Cela jette une lumière nouvelle sur les rencontres synchronistiques. Il nous faut supposer que nous nous sommes incarnés pour entrer intentionnellement en contact avec les autres au moment opportun. Mais que se passe-t-il si la rencontre se déroule mal ? Combien de fois avons-nous rencontré quelqu’un que nous n’avions jamais vu, dont nous n’avions jamais entendu parler, et que nous avons détesté au premier coup d’oeil ? Sans raison justifiée. Et qu’arrive-t-il si nous ne pouvons dépasser cette réaction et ne parvenons donc ni à élever spirituellement cette personne, ni même à tenter d’entrer en communication avec elle ?

Devrons-nous revoir tout cela dans notre Revue de Vie, pour comprendre que notre mission était d’orienter cet individu dans une nouvelle direction ? Devrons-nous admettre que nous avons raté cette occasion à cause d’une vieille rancoeur issue d’une vie antérieure ? Ces aversions sont fréquentes, et il nous faut les dépasser aussi rapidement que possible.

Surmonter les problèmes légués par nos vies antérieures.

Votre connaissance des mécanismes de domination vous sera ici aussi fort utile. Dévoilez vos sentiments et dites à la personne ce que vous éprouvez, en agissant avec tact, sans oublier que vous pouvez vous tromper. La même méthode peut vous servir quand vous éprouvez une soudaine hostilité envers quelqu’un. Tentez d’avoir une discussion sérieuse en expliquant que vous avez une réaction inhabituelle envers telle personne, et que vous voudriez en rechercher la provenance.

Souvenez-vous qu’il vous faut surmonter l’inertie de la vieille vision matérialiste du monde, qui considère ces discussions comme fâcheuses, embarrassantes, ou même stupides. Autre solution : prenez rendez-vous avec cette personne pour aborder le sujet à un autre moment. De toute façon, elle peut tout à fait refuser une telle conversation ou, se sentant menacée par cette démarche, y couper court.

Mais pour maintenir une conscience plus élevée, et vu nos connaissances actuelles, nous devons continuer à chercher une solution. Plus le temps passe, plus ce genre d’entretien deviendra facile, puisque le nombre d’individus ayant conscience du processus augmente. Dans le meilleur des cas, lorsque deux personnes explorent de telles réactions, des images significatives d’une vie passée commune refont surface; ces impressions nécessairement vagues feront parfois naître un sentiment de pardon et permettront de mieux se concentrer sur les problèmes à traiter.

D’après le Dr Weiss, on retrouve la mémoire des vies antérieures de la même façon que les autres informations transcendantales : en se retirant en soi-même. Entrez en méditation, priez, et formulez l’intention de découvrir la source de vos sentiments. Une telle méditation est possible en solitaire, mais l’énergie accrue d’un groupe, avec les parties en cause, un conseiller expérimenté, ou les membres d’un groupe d’entraide, augmente à mon avis les chances de réussite.

Demandez d’abord au groupe d’affirmer sa foi en la possibilité de remémoration d’une vie antérieure. Les participants entreront ensuite dans une méditation silencieuse, puis chacun évoquera les images et souvenirs qui lui sont apparus. Attention : chaque intervenant doit exprimer avec la plus grande honnêteté ce qu’il a ressenti, et s’abstenir de confirmer de façon indue les images des autres.

Dans la plupart des cas, il se dégagera un assentiment sur ce qui a relié dans une vie antérieure les personnes concernées. Si l’un des participants, ou les deux, s’est senti d’une manière ou d’une autre blessé au cours d’une vie passée, seuls les excuses et le pardon permettront de dépasser ces impressions. Ce n’est qu’ensuite que les deux personnes réussiront à comprendre pourquoi leurs chemins se sont à nouveau croisés dans le présent. S’agit-il simplement d’en finir avec ces vieux sentiments ? Ou d’apporter un message en ce temps et en ce lieu ? Ou bien se sont-elles rencontrées pour entrer dans une relation plus durable de collaboration, dans une mission commune ?

À nouveau ensemble.

Et que penser de ces impressions inexplicablement favorables que nous ressentons envers certaines personnes ? De l’amour que nous éprouvons rapidement lorsque nous rencontrons un(e) inconnu(e) ou de l’impression que nous l’avons déjà rencontré(e) ?

Cela peut survenir en n’importe quelle circonstance. Quelqu’un traverse notre champ de vision, et nous avons l’impression de l’avoir déjà vu, mais sans arriver à nous souvenir ni où ni quand. Quelque chose dans l’expression de son visage, dans sa présence, nous convient parfaitement. Si la conversation s’engage, nous réalisons souvent que nous sommes sur la même longueur d’onde.

Les mots nous viennent facilement et la compréhension mutuelle est instantanée.

Apprenez à exclure toute interprétation sexuelle dans ce genre de situation, surtout entre un homme et une femme. Recherchez la vraie raison de cette rencontre dans le royaume de la spiritualité pure. Élargissez votre conscience au-delà des illusions de la codépendance pour découvrir les messages synchronistiques qui concernent votre mission.

Les effets des informations sur l’après-vie.

Plus nous en savons sur l’Après-Vie, plus notre existence sur Terre en sera éclairée. Tout moment synchronistique, toute rencontre avec un autre être humain recèlent des implications qui vont très au-delà de l’ordinaire. Nous venons tous sur Terre avec une mission et, chaque fois que nous sommes amenés au bon endroit, que nous recevons la bonne information, que nous élevons quelqu’un au bon moment, l’instant semble prédestiné, parce qu’une partie de nous-mêmes se souvient que cet événement devait se produire.

Quand pouvons-nous rendre ces instants conscients ? Dès maintenant. Parce qu’à cette étape de notre voyage, nous sommes sur le point de nous souvenir de tout : qui nous sommes en tant qu’êtres spirituels, comment nous en sommes arrivés là, quel est le but vers lequel nous nous dirigeons.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s