Un 3ème œil sur la réalité

Jimmy Guieu – E.B.E. Alerte Rouge – Chapitre Premier

Jimmy Guieu – E.B.E. Alerte Rouge – Chapitre Premier

« Credo  quia  absurdum »

(Je  le  crois  parce que  c’est  absurde).

Tertulien  De  Carne  Christi

  attribué  à  saint  Augustin

 

 

15  juin  1965 – Nouveau-Mexique, USA

 

Au  volant  de  son  break  Wagoneer  soigneusement  entretenu – acquis  d’ailleurs  un  an  plus  tôt  seulement –, Jos  Buckley, la  trentaine, les  yeux  protégés  par  ses  Sunbeam, chemise  Lacoste  blanche  et  pantalon  de  gabardine  bleu  pétrole, fredonnait  en  conduisant. A  ses  côtés, Rhonda, son  épouse  à  la  chevelure  auburn, en  bermuda  bariolé  et  tunique  courte  canari, consultait  sur  ses  genoux  la  Rand  McNally[1]  de  l’Etat  du  Nouveau-Mexique.

A  l’arrière, tête  contre  tête, penchées  sur  les  épaules  de  leurs  parents, Linda, six  ans, et  sa  sœur  Victoria, de  deux  ans  sont  aînée, suivaient  des  yeux  l’index  de  leur  mère  se  promenant  sur  le  tracé  vert  de  l’Interstate  25.

– Pousse-toi, tu  me  tiens  chaud !

– Laisse-moi, Vicky, je  veux  voir  la  carte ! protesta  Linda.

– A  quoi  ça  sert ? Tu  sais  pas  lire  la  carte !

– Si  je  sais ! s’indigna, outrée, la  cadette.

Elle  avisa, au-dessus  de  l’autoroute, un  grand  panneau  indicateur  vert  annonçant, sur  la  voie  de  gauche : Albuquerque  et, sur  celle  de  droite : Santa Fe. Et  de  lire, en  détachant  soigneusement  les  syllabes :

– Al-bu-quer-que ! Tu  vois, que  je  sais ! Tiens, regarde  le  tableau  à  droite  de  la  route (elle  se  mit  à  ânonner  la  légende  d’une  affiche  colorée  montrant  un  oiseau  assez  comique). Le  cou… reur… des… rou… tes.

L’aînée, Victoria, haussa  les  épaules  deux  ou  trois  fois, soupirant  de  commisération :

– Peuh ! C’est  pas  un  tableau, c’est  une  affiche : une  poule  qui  galope, avec  plein  de  Rimmel  bleu  sur  les  yeux !

Jos  Buckley, leur  père, rit  de  bon  cœur  et  se  fit  doctoral :

– Ce  n’est  pas  une  poule  et  cette  coloration  bleue  n’est  pas  du  Rimmel ! C’est  l’oiseau  du  Nouveau-Mexique[2], un  oiseau  coureur  au  long  bec, avec  sa  huppe, une  longue  queue, dont  l’apparence  drolatique  l’a  fait  surnommer  le  « Clown  de  l’Ouest ». Mais  les  enfants  du  monde  entier  le  connaissent  mieux  sous  sa  caricature  des  dessins  animés : Woody  Woodpecker…

– Oh ! Oui ! firent-elles  en  chœur, reconnaissant  ainsi  le  petit  personnage  turbulent  et  truculent, avant  de  chantonner  à  l’unisson  la  chanson  du  générique : Ah-ah-ah-ah ! Ah-ah-ah-ah ! It’s  the  Woody  Woodpecker  song !

– Voilà, vous  vous  souvenez  même  de  la  chanson ! Ce  coucou  terrestre  est  aussi  appelé  le  « coureur  des  routes »  et  cette  affiche  montre  sa  photographie  en  souhaitant  la  bienvenue  aux  touristes.

– Et  il  mange  quoi, papa, ce  « clown » ?

– Des  insectes, des  lézards, des  mille-pattes  mais  également  des  souris  et  des  serpents.

– Ca  court  vite, pourtant, les  lézards…

– Cet  oiseau  court  encore  plus  vite, avec  des  pointes  pouvant  dépasser  trente  kilomètres  à  l’heure.

Victoria  pouffa  et  se  moqua  de  sa  petite  sœur :

– Si  tu  galopais  aussi  vite, tu  ne  serais  pas  la  lanterne  rouge, quand  on  fait  la  course !

L’air  pincé, la  cadette  répliqua  du  tac  au  tac :

– Si  tu  savais  mieux  tes  leçons, tu  aurais  de  meilleures  notes !

La  mère  se  retourna  en  soupirant :

– Dieu  du  ciel ! C’est  bientôt  fini, oui ? Je  ne  veux  plus  vous  entendre  vous  chamailler !

Les  deux  gamines  firent  la  moue, se  tirèrent  la  langue, s’adossant  chacune  dans  un  coin  de  la  banquette  arrière, boudeuses, tandis  que  le  break  franchissait  l’arche  vertigineuse  du  pont  qui  enjambait  le  Rio  Grande.

La  piste  de  Santa Fe ! Un  nom  tout  naturellement  venu  à  la  mémoire  de  Jos ; foisonnement  de  souvenirs  à  la  fois  familiaux  et  historiques  liés  à  son  aïeul, Mortimer  H. Buckley, tout  comme  lui  et  Rhonda  de  confession  mormone, celle  de  l’Eglise  de  Jésus-Christ  des  Saints  des  Derniers  Jours[3]. Fuyant  les  persécutions  du  Missouri, au  siècle  dernier, Mortimer, son  épouse  Abigail  et  leurs  trois  enfants  en  bas  âge  partirent  avec  les  longs  convois  de  pionniers, formés  de  centaines  de  chariots  tirés  par  des  bœufs  et  des  chevaux. Sous  la  conduite  de  l’apôtre  Brigham  Young (Successeur  de  Joseph  Smith  à  la  tête  de  l’Eglise), ils  s’exilèrent  vers  l’ouest, vers  l’Utah  et  le  Grand  Lac  Salé  qui  allaient  devenir  la  Terre  promise  pour  ces  réprouvés  chassés  par  l’intolérance.

Durant  l’exode, Abigail  et  ses  enfants  périrent  noyés, leur  chariot  ayant  basculé  dans  la  Platte  River. Accablé  par  ce  funeste  coup  du  sort, Mortimer  quitta  la  Compagnie  de  Brigham  Young  et  des  pionniers  pour  s’enrôler, avec  leur  bénédiction, dans  les  rangs  du  célèbre  Bataillon  Mormon. Il  le  rejoignit  à  Santa Fe, le  10  octobre  1846, pour  faire  route  vers  la  Californie  sous  le  commandement  du  lieutenant-colonel  Saint-George  Cooke.

Un  bataillon  illustre, exemplaire  de  courage  et  de  ténacité. Parti  le  23  août  1846  de  Fort  Leavenworth, bastion  édifié  au  Kansas  pour  protéger  les  voyageurs  sur  la  piste  de  Santa Fe, il  parvint  le  29  janvier  1847  à  San Diego, sur  les  rivages  du  Pacifique, après  avoir  parcouru  trois  mille  deux  cents  kilomètres ! « C’est  en  vain  que  l’on  fouillera  l’Histoire  pour  y  trouver  une  marche  d’infanterie  comparable », devait  pertinemment  déclarer  le  lieutenant-colonel  Cooke  au  terme  de  cet  extraordinaire  périple.

Santa Fe, c’était  aussi, parallèlement  à  la  piste, l’étirement  de  l’une  des  grandes  voies  de  chemins  de  fer  transcontinentales  des  Etats-Unis, celle  qui, depuis  1881, reliait  Kansas City  à  Los Angeles  et  San Francisco, la  célèbre  Atchinson, Topeka  and  Santa Fe  Railroad.

A  la  sortie  nord  d’Albuquerque, Rhonda, jouant  les  navigateurs, tapota  la  carte  de  son  index :

– Tu  as  réfléchi  à  l’itinéraire, Jos ? La  distance  est  pratiquement  la  même  pour  atteindre  notre  destination. Mais  par  l’est, l’autoroute  de  Santa Fe  risque  d’être  encombrée.

– Tu  as  raison, Rhonda. Nous  quitterons  l’autoroute  à  Bernalillo  et  prendrons  la  44  qui  traverse  les  réserves  indiennes  des  Jemez  et  des  Zia.

– On  ira  les  voir, les  Indiens, papa ?

– Pas  ceux-là, Linda. Près  de  l’endroit  où  nous  allons  camper, se  trouve  la  réserve  des  Apaches  Jicarilla. Nous  leur  rendrons  visite  un  jour  prochain, en  allant  faire  une  balade…

– Y  a  la  mer, au  camping ?

– Non, sourit  Jos, mais  il  y  a  le  Rio Gallina, une  rivière  qui  se  jettedans  le  Rio Chama  et  traverse  la  forêt  nationale  de  Santa Fe.

– Ca  veut  dire  quoi, le  Rio Gallina ?

– La  rivière  des  Poules.

– Y  a  des  poules  dans  l’eau, avec  les  poissons ?

– Non, Linda. Pas  dans  l’eau  mais  sur  l’eau. Ce  sont  en  fait  des  gallinas  de  agua  ou  poules  d’eau  à  bec  et  front  rouge, avec  une  queue  blanche  et  noire, et  qui  pondent  des  œufs  beiges  tachetés  de  brun  roux. Nous  en  verrons  sûrement  et  je  vous  montrerai  leurs  nids, ou  bien  les  plates-formes  qu’elles  construisent  avec  des  plantes  aquatiques  séchées, au  bord  de  l’eau.

La  petite  Linda  et  son  aînée  songeaient  aux  superbes  vacances  qu’elles  allaient  vivre  avec  un  papa  aussi  savant, qui  connaissait  tous  les  oiseaux, tous  les  papillons, tous  les  animaux. Enfin, presque  tous !

 

Ce  fut  vers  la  fin  de  la  matinée  que  la  famille  Buckley, dépassant  le  dernier  village – Llaves – s’engagea  sur  un  chemin  forestier  pour  stopper  enfin  dans  une  clairière  mourant  en  pente  douce  vers  le  Rio Gallina.

Avec  des  cris  de  joie – tant  pis  s’il  n’y  avait  pas  la  mer ! –, les  deux  gamines  coururent  vers  la  berge (mettant  en  fuite  un  raton-laveur  moustachu), mais  leur  mère  les  interpella :

– Linda ! Vicky ! Pas  si  vite. Vous  aurez  tout  le  temps  de  vous  baigner  et  de  vous  amuser, cet  après-midi. Il  est  tard  et  vous  allez  nous  aider  à  sortir  le  matériel  de  camping. D’accord ?

Les  fillettes  répondirent  par  un  « oui »  soupiré  qui  manquait  d’enthousiasme, mais  l’enfance  est  ainsi  faite  qu’au  bout  d’un  moment, trimballer  les  chaises  pliantes, les  ustensiles  en  plastique (assiettes, gobelets), les  plats  et  marmites  en  alu, enfin, déballer  le  teepee – la  petite  tente  indienne  conique  destinée  aux  enfants – fut  pour  elles  comme  un  jeu. Et  il  fallut  même  tempérer  leur  ardeur  lorsqu’elles  décrétèrent  vouloir  déballer  et  monter  aussi  la  grande  tente  des  parents !

Rhonda  avait  dressé  le  pare-vent  autour  du  réchaud  à  gaz  et  dans  la  poêle  commençaient  à  griller  des  saucisses.

Du  haut  de  ses  huit  ans, Victoria, attentive  aux  gestes  de  sa  mère, remarqua :

– Les  Indiens, eux, ils  enfilaient  les  hot  dogs  sur  un  bout  de  bois  et  les  faisaient  griller  dans  les  flammes…

– Je  ne  suis  pas  sûre  que  les  Indiens  aient  fabriqué  des  hot  dogs, Vicky, mais  ce  dont  je  suis  sûre, en  revanche, c’est  qu’il  est  formellement  interdit  de  faire  du  feu  en  forêt !

– Et  le  réchaud  à  gaz, c’est  pas  du  feu ? s’étonna  Linda.

– Si, mais… Oh ! Ecoutez, les  enfants, nous  parlerons  des  Indiens  une  atre  fois, OK ? bougonna  Rhonda  avec  une  certaine  mauvaise  foi  pour  éviter  de  répondre  à  la  question  embarrassante. Tenez, allez  plutôt  déployer  le  tapis  sur  lequel  nous  allons  pique-niquer.

Jos, lui, achevait  d’étaler  dans  l’herbe  les  piquets, filins, maillets  qui  allaient  lui  permettre  de  dresser  la  grande  tente, non  sans  songer  que  ce  cours  d’eau, riche  en  brochets, promettait  de  fabuleuses  parties  de  pêche  propres  à  épater  les  amis !

Tout  s’annonçait  donc, en  ce  lieu  paisible, comme  propice  à  passer  d’excellentes  vacances  familiales.

Et  tout, en  effet, se  passerait  bien. A  un  petit  détail  près  qui  ne  prendrait  ses  véritables  dimensions  que  plus  tard. Beaucoup  plus  tard…

 

 – Non ! Vous  ne  vous  baignerez  pas  maintenant, juste  après  le  repas ! Vous  allez  faire  une  petite  sieste ; nous  sommes  partis  tôt, ce  matin, d’Alamogordo  et  ce  repos  ne  sera  pas  superflu. Gonflez  vos  matelas  pneumatiques – vous  savez  le  faire – et  allongez-vous. A  quatre  heures, promis, papa  nous  montrera  un  endroit  où  vous  aurez  pied  et  où  le  courant  est  faible…

Les  parents  ont  parfois  de  ces  idées ! maugréèrent  mentalement  les  gamines. Où  était  le  gonfleur ? Perdu ? Oublié ? Non, elles  le  trouvèrent  derrière  une  caisse  de  boîtes  de  conserve  restées  à  l’arrière  du  break  et  se  mirent  en  devoir  de  gonfler  les  deux  matelas  pneumatiques. Amusant, finalement, mais  contraignant : si  l’on  introduisait  pas  convenablement  l’embout  de  plastique  du  gonfleur  dans  l’orifice  de  réception, à  l’un  des  angles  inférieurs  du  matelas, l’air  déjà  accumulé  expulsait  l’embout  avec  un  bruit  comique  qui  les  faisait  rire. Elles  devaient  alors  pincer  vivement  l’orifice  pour  remettre  en  place  le  cône  plastique  et  appuyer  de  nouveau  avec  le  pied  sur  le  gonfleur  en  caoutchouc.

Contentes  de  leur  travail, les  fillettes  s’allongèrent  enfin  et  parvinrent  à  s’endormir, bercées  par  les  chants  d’oiseaux  et  le  froufrou  du  vol  lourd  de  quelques  scarabées  venus  voleter  autour  du  campement.

Une  salamandre  géante – le  ménopome, à  tête  aplatie, les  membres  courts, la  queue  garnie  d’une  crête – traversa  en  toute  hâte  pour  aller  plonger  dans  la  rivière. Un  « monstre »  inoffensif, long  de  soixante-dix  centimètres, qui  eût  pourtant  terrorisé  les  gamines  si  elles  l’avaient  vu  passer  si  près  d’elles !

Ce  ne  fut  pas  avant  cinq  heures  vingt  de  l’après-midi  que  Rhonda  ouvrit  les  yeux  et  s’étira. Jos, à  ses  côtés, en  simple  short, dormait  encore. La  jeune  femme  chassa  de  son  léger  corsage  largement  échancré  une  fourmi, se  mit  sur  un  coude  et  se  pencha  sur  son  époux. Elle  effleura  ses  lèvres  d’un  baiser  en  portant  ses  regards  vers  le  teepee, à  moins  de  cinq  mètres, et  les  matelas – vides – de  leurs  filles.

Jos  s’éveilla  à  son  tour  et  voulut  refermer  ses  bras  autour  des  épaules  de  sa  femme  mais  celle-ci  venait  brusquement  de  s’asseoir, puis  de  se  mettre  à  genoux, regardant  alentour, inquiète, en  appelant :

 – Linda ! Vicky ! Où  êtes-vous ?

Jos  Buckley  consulta  son  bracelet-montre  et  s’étonna :

– Nous  nous  sommes  allongés  vers  deux  heures  et  il  est  maintenant  cinq  heures  passées ! Tu  connais  les  enfants, chérie : cette  première  journée  de  camping  les  aura  excitées. Se  réveillant  plus  tôt  que  nous, elles  n’auront  pas  pu  résister  à  l’envie  de  se  promener  dans  la  forêt.

Ils  appelèrent, longuement, arpentant  la  clairière, puis  la  berge  du  Rio, à  la  recherche  de  traces  de pas. En  vain. Les  deux  gamines – constatation  plutôt  rassurante – ne  s’étaient  pas  approchées  de  l’eau : aucune  empreinte  de  semelles  n’était  visible  dans  le  sable  gris.

De  plus  en  plus  soucieux, les  Buckley  s’engagèrent  sur  le  chemin  par  lequel  ils  étaient  arrivés  puis  bifurquèrent  dans  un  sentier, à  droite. De  nouveau, régulièrement, Jos  ou  Rhonda  appelaient  leurs  filles, sans  recevoir  aucun  écho. Les  larmes  aux  yeux, la  jeune  femme  murmura  d’une  voix  rauques :

– Et  si… Si  on  les  avait  enlevées ?

– Qui  aurait  pu  les  enlever  et  pourquoi ? Tu  sais  bien  que  si  j’ai  une  bonne  situation, nous  ne  sommes  pas  riches  pour  autant !

– Voyons, Jos, réfléchis ! Tu  travailles  à  la  base  de  lancement  de  fusée  de  White  Sands ! Tu  es  un  rocketeer[4]  spécialiste  des  propergols. Et  les  Russes…

Il  la  prit  dans  ses  bras, essaya  de  la  calmer, sentant  venir, à  son  timbre  de  voix, la  crise  de  larmes  ou  la  crise  de  nerfs.

– Les  Popov ? Et  que  feraient-ils  d’un  ingénieur  chimiste  qui, en  fait, ne  détient  aucun  sec…

Il  laissa  sa  phrase  en  suspens  et  tressaillit  imperceptiblement  en  apercevant, à  travers  les  genévriers, sur  la  droite, une  tache  claire. Son  tressaillement  avait  fait  sursauter  son  épouse  qui  promena  des  regards  égarés, follement  anxieuse :

– Que… Que  se  passe-t-il, Jos ?

– Rien… J’ai  vu  quelque  chose, derrière  ce  buisson…

En  hâte, s’égratignant  aux  épines  des  genévriers, ils  contournèrent  les  buissons  et  se  mirent  à  courir  en  reconnaissant, derrière  un  gros  cèdre  rouge, les  jambes, le  short  jaune  et  les  sandales  blanches  de  Victoria… Appréhendant  de  découvrir  une  scène  d’horreur, Rhonda  jeta  un  cri  pathétique, se  voyant  hurler  de  souffrance  devant  l’atroce  spectacle  du  corps  pantelant  d’une  enfant  mutilée, baignant  dans  son  sang, victime  peut-être  d’un  sadique, d’un  fou !

– Vicky !… Vicky !…

La  mère  s’était  précipitée… La  fillette  dormait  d’un  profond  sommeil, avec  une  respiration  régulière, sans  porter  la  moindre  trace  de  sévices ! Elle  la  secoua, la  rudoya  presque  et  la  gamine  finit  par  ouvrir  les  yeux, étonnée

– Vicky ! Où  est  Linda, ma  chérie ?

L’enfant  regarda  autour  d’elle, sembla  découvrir  la  forêt  touffue  puis  remua  la  tête, sans  comprendre :

– Elle… Je  ne  sais  pas, maman. On  s’était  couchées. On  dormait  sur  les  matelas  gonflés… Et  qu’est-ce  que  je  fais  là, dans  les  bois, toute  seule ?

– Il  a  bien  fallu  que  tu  quittes  le  campement, que  tu  marches  avec  ta  sœur  pour… que  nous  te  retrouvions  endormie  au  pied  de  cet  arbre, objecta  le  père. Essaye  de  te  souvenir, chérie. Où  est  allée  ta  petite  sœur ?

Désemparée, la  gamine  se  remit  sur  pied, incapable  de  renseigner  ses  parents. Ces  derniers, de  plus  en  plus  alarmés, entraînèrent  Vicky  et  repartirent  dans  la  forêt, appelant  sans  trêve  la  petite  disparue. Puis  ils  la  virent, trottinant  dans  le  sentier, chantonnant  avec  insouciance. Elle  s’arrêta  net  en  découvrant  ses  parents  et  sa  sœur  aînée  qui  venaient  à  sa  rencontre  et  maintenant  couraient  vers  elle, la  plaquaient  contre  leur  poitrine, l’étreignaient.

– Pourquoi  tu  pleures, maman ?

Rhonda  se  mordilla  les  lèvres  et  ne  put  contenir  plus  longtemps  sa  colère  libératrice  après  cette  heure  d’angoisse  à  la  chercher, imaginant  le  pire :

– Petite  peste ! Où  étais-tu  passée ? Tu  nous  as  fait  une  peur  affreuse ! Nous  te  cherchons  depuis  plus  d’une  heure, et  tu… tu  arrives  en  sautillant, tranquille, sans  même  avoir  entendu  nos  appels !

La  jeune  femme  fondit  en  larmes, le  front  sur  l’épaule  de  Jos  qui  la  consola  en  caressant  ses  cheveux, fort  ému  lui  aussi.

– Bon, nous  allons  retourner  au  camp  et  Linda  va  nous  raconter  tout  ce  qui  s’est  passé.

Mais  ni  sa  sœur  aînée, ni  elle-même  ne  se  souvenaient  de  rien. Leur  dernier  souvenir  s’arrêtait  au  moment  où  toutes  deux  s’allongeaient  sur  les  matelas  pneumatiques  pour  s’endormir  peu  après… Les  deux  sœurs  ne  montraient  aucune  trace  suspecte, aucune  trace  de  violence. A  l’évidence, l’hypothèse  du  rapt  par  un  détraqué  était  à  exclure. Seule  Linda  portait, au  mollet  droit, un  peu  à  gauche  sous  le  genou, une  légère  rougeur, comme  aurait  pu  en  laisser  une  piqûre  d’insecte. Linda  n’avait, là  non  plus, aucun  souvenir  d’avoir  été  piquée. Non, en  touchant  cette  trace  de  piqûre, cela  ne  lui  faisait  pas  mal.

Le  lendemain  matin, son  mollet  avait  doublé  de  volume ! Mais  il  conservait, paradoxalement, un  aspect  sain  et  ne  causait  aucune  douleur  à  l’enfant. A  la  palpation, rien  de  particulier. Pas  de  température. Linda  se  portait  comme  un  charme. Par  mesure  de prudence, Jos  et  Rhonda  la  conduisirent  au  village  de  Llaves, à  une  douzaine  de  kilomètres, mais  le  plus  proche  médecin  habitait  à  Gallina, à  quarante  kilomètres  vers  le  sud !

Ils  s’y  rendirent… Le  Dr  Muscarella, la  soixantaine, le  visage  ridé, cuivré, les  cheveux  grisonnants, portant  lunettes  et  fumant  la  pipe, examina  la  gamine, palpa  doucement  son  mollet  enflé, s’étonna  de  l’absence  de  douleur  puis  la  fit  rire  avec  son  accent  espagnol  prononcé :

– Tou  n’as  rien  dou  tout, una  picadura  de  insecto, ma  pa  dangerousa, pequeña.

– Vous… Vous  en  êtes  sûr ?

– Si, yo  souis  sour, señora ! rit-il. J’ai  exercé  treinta… trente  ans  la  medicina  à  El Paso, c’est  porque  yo  parle  pas  très  bien  l’americano, pero… mais  soyez  tranquilles… La  pinà  n’a  rien  de  grave  sinon, elle  tener  la  fiebre… elle  aurait  de  la  fièvre.

Le  brave  homme, d’ascendance  hispanique, proche  de  prendre  sa  retraite, s’était  installé  dans  cette  petite  ville  du  Nouveau-Mexique  où  vivait  sa  fille. Une  fille  qui  avait  deux  garçons  turbulents, toujours  pleins  de  bosses  et  d’égratignures  et  lui, le  grand-père, les  soignait  pour  tous  leurs  bobos. Il  ne  fallait  pas  s’en  faire, la  pequeña  n’aurait  pas  de  séquelles. Il  faudrait  simplement  lui  appliquer  localement  une  pommade, facile  à  trouver  à  la  pharmacie  de  la  rue  principale. Et  au  bout  de  quelques  jours, tout  sera  acabado (fini), curado (guéri).

Linda  eut  droit  à  une  bise  du  sympathique  médecin  de  campagne  et  s’en  alla  en  trottinant, comme  si  de  rien  n’était, suivant  ou  précédent  ses  parents  en  direction  de  la  pharmacie.

Au  bout  d’une  semaine, la  trace  de  piqûre  devint  mieux  visible  et  un  petit  point  sombre  apparut. Rhonda, découvrant  cette  anomalie  alors  que  ses  filles  venaient  de  se  baigner, appela  son  époux  et  tous  deux  examinèrent  le  mollet  de  Linda. Le  père, avec  une  aiguille  passée  à  la  flamme, débrida  le  minuscule  orifice  préalablement  badigeonné  d’alcool.

A  l’aide  d’une  pince  brucelles  prélevée  dans  la  mallette  pharmaceutique, il  parvint  à  saisir  l’écharde  qu’il  retira… qu’il  retira  lentement, de  plus  en  plus  surpris  puis  ahuri  en  découvrant  que  cette  « épine »  mesurait  pour  le  moins  une  huitaine  de  centimètres  de  longueur ! De  couleur  brune, parfaitement  lisse, de  section  triangulaire  mais  aux  arêtes  arrondies, polies, elle  semblait  être  en  bois  comme  toute  épine  qui  se  respecte. Rhonda  la  lava  dans  le  rio  et  l’entoura  d’une  gaze  pour  la  placer  dans  la  mallette  pharmaceutique. En  cas  de  besoin, elle  pourrait  ainsi  la  faire  analyser, ou  examiner  par  un  botaniste  du  Muséum  d’Histoire  Naturelle  d’Albuquerque, sur  le  chemin  du  retour.

Le  lendemain, le  mollet  de  la  petite  Linda  avait  désenflé  sans  jamais  lui  avoir  causé  la  moindre  douleur. Aucune  fièvre  non  plus : le  médecin  du  village  ne  s’était  pas  trompé, avec  son  diagnostic  rassurant. Pour  Linda, les  vacances  se  poursuivirent  dans  la  joie  et  la  détente, hormis  quelques  chamailleries  innocentes  avec  Vicky, son  aînée, qu’en  fait  elle  adorait  et  qui  le  lui  rendait  bien.

Cette  nuit-là, pourtant  sous  le  teepee  qu’elle  partageait  avec  sa  grande  sœur, Linda  eut  un  sommeil  agité ; à  plusieurs  reprises, elle  gémit, se  tortilla  sur  le  matelas  pneumatique. Elle  poussa  un  cri  assourdi, portant  ses  petites  mains  vers  son  ventre  en  geignant, puis  elle  s’apaisa, s’endormit.

Vicky, elle, passa  une  excellente  nuit…

L’incident – inexpliqué – s’effaça  tout  aussi  inexplicablement  de  la  mémoire  de  l’enfant, de  sa  sœur, de  leurs  parents. A  la  fin  des  vacances, avant  de  quitter  ce  site  enchanteur, dominé  par  le  massif  élevé  de  la  Mesa  Alta, Rhonda  jeta  purement  et  simplement  cette  singulière  épine  dont  on  n’avait  que  faire  parmi  les  produits  d’urgence  et  petits  instruments  de  secourisme  rangés  dans  la  mallette  pharmaceutique.

Et  la  disparition  de  la  tigelle  insolite  acheva  de  brouiller, puis  d’occulter  les  souvenirs. Lesquels  ne  resurgiraient  que  plus  tard. Beaucoup  plus  tard…

 

 

16  juin  1965 – Abidjan, Côte-d’Ivoire, Afrique

 

La  famille  Dao  possédait  une  spacieuse  villa  entourée  de  cocotiers, de  manguiers  et  de  fromagers, ces  énormes  arbres  au  tronc  massif, ravinés  de  creux  verticaux, en  bordure  de  la  lagune  Ebrié, un  lieu  idyllique  baptisé  La  Riviera ; idyllique  parce que encore  sauvage, épargné  par  l’urbanisation – en  cet  an  de  grâce  1965 ! – bien  que  voisin  de  Cocody. Le  célèbre  Cocody, quartier  résidentiel  par  excellence  d’Abidjan, qui  au  fil  des  années  recevrait  le  surnom  de  Manhattan  de  la  Côte-d’Ivoire.

D’ethnie  baoulé, les  Dao  étaient  un  couple  aisé, cultivé ; lui, Kadia, ingénieur  des  Eaux  et  Forêts, elle –Micheline –, externe  de  l’hôpital  de  Treicheville, achevait  sa  médecine. Africains  modernes, heureux, sans  histoires, ils  étaient  les  parents  d’une  adorable  gamine  de  six  ans, Thérésa, qui  faisait  volontiers  enrager  Afiba, sa  grand-mère  maternelle. Ce  jeudi-là, la  petite  Thérésa  levait  sur  sa  mamie  des  yeux  angéliques, l’écoutant  sagement  lui  faire  ces  recommandations, en  français  mais  avec  le  débit  rapide  propre  à  l’idiome  baoulé :

– Tu  restes  à  jouer  dans  le  parc  et  tu  ne  t’éloignes  pas  de  la  villa. Surtout, ne  cours  pas  vers  la  lagune, ma  chérie. C’est  promis ?

Thérésa  inclina  deux  ou  trois  fois  sa  tête  aux  courts  cheveux  crépus  et  partit  en  sautillant  à  cloche-pied, tenant  sa  poupée  par  le  bras  et  la  ballottant  en  tous  sens.

– Et  tu  reviendras  à  la  maison  pour  goûter ! cria  la  vieille  femme, sans  trop  entretenir  d’illusion  sur  l’obéissance  de  sa  petite-fille  qui, bien  souvent, n’en  faisait  qu’à  sa  tête.

La  lagune, avec  ses  crocodiles, était  à  l’évidence  plus  dangereuse  que  la  forêt, simplement  séparée  du  jardin – appelé  parc  en  raison  de  sa  superficie  et  de  sa  luxuriance – par  une  maigre  clôture  de  fil  de  fer  galvanisé  tendu  entre  des  piquets. Ces  derniers, naturellement, n’offraient  aucun  obstacle  aux  singes  et  aux  agoutis ! Ces  gros  rongeurs (ils  peuvent  dépasser  40  cm) ne  sont  pas  exclusivement  les  hôtes  de  la  jungle  guyanaise  et  amazonienne ; ils  sont  aussi  fort  répandus  dans  l’Ouest  africain. Leur  viande  blanche  n’est  pas  moins  savoureuse  que  celle  du  lapin, à  la  condition  de  la  préparer  fraîche  et  non  pas  faisandée, selon  une  recette  indigène.

D’ordinaire, Thérésa, au  retour  de  ses  promenades – ou  escapades, c’était  selon ! –, passait  rarement  par  l’entrée  principale  du  perron  et  de  la  véranda. Elle  empruntait  volontiers  la  porte  arrière  de  l’office ; cela  lui  évitait  de  faire  le  tour  de  la  villa  mais  lui  permettait  aussi, parfois, de  surgir  en  cachette  derrière  sa  grand-mère  en  poussant  un  cri  strident  qui  faisait  sursauter  la  vieille  femme. Ou  bien  celle-ci  feignait-elle  une  frayeur  qu’elle  n’éprouvait  pas, entrant  dans  le  jeu  de  la  petite  fille  espiègle  qui  ensuite  lui  sautait  au  cou.

Ce  jour-là, cependant, rien  de  semblable  ne  s’était  produit. Vers  dix-sept  heures, Afiba  se  rendit  à  la  cuisine  et  interrogea  le  boy  préparant  le  repas  du  soir : non, la  fillette  n’était  pas  encore  venue  chercher  son  goûter.

Le  boy  « jardinier »  et  le  boy  « de  ménage » (la  domesticité  ivoirienne  comporte  cinq  catégories) n’avaient  pas  davantage  aperçu  l’enfant.

– Va  au  fond  du  parc, ordonna-t-elle  au  jardinier. Toi  qui  as  une  voix  forte, elle  t’entendra. Thérésa  a  dû  s’aventurer  un  peu  dans  la  forêt… malgré  sa  promesse.

– Oui, madame. Je  te  la  ramène  bientôt…

Un  « madame »  respectueux  que  ne  contredisait  pas, en  Afrique, le  tutoiement  fraternel  à  l’usage  fort  répandu.

Il  s’éloigna, passa  sous  la  clôture, appelant  d’une  voix  de  stentor  qui  effaroucha  les  magots, les  mangabeys  à  longue  queue, à  ventre  doré, une  touffe  de  poils  sur  la  tête  et  autres  singes  jacassant  dans  les  branches  des  fromagers  et  des  manguiers. Sans  résultat.

D’autres  boys  se  mirent  à  sa  recherche, s’époumonant  à  lancer  son  nom, le  boy  cuisinier  tapant  avec  une  louche  sur  le  fond  d’une  marmite ; en  pure  perte.

L’ingénieur  Kadia  Dao  et  son  épouse  Micheline, rentrant  peu  après  dix-huit  heures, trouvèrent  la  maisonnée  en  pleine  effervescence. Thérésa  n’était  toujours  pas  revenue ! Son  père  klaxonna, klaxonna, klaxonna  au  risque  de  vider  les  batteries  de  sa  voiture, une  Versailles  rutilante, puis  il  abandonna, inquiet, se  dirigeant  à  grandes  enjambées  vers  le  perron  pour  aller  téléphoner  à  la  police.

Nul  ne  s’expliqua  jamais  comment  la  petite  Thérésa  avait  pu  revenir  en  chantonnant, insouciante, quelques  minutes  après  l’arrivée  de  ses  parents, sans  avoir  réagi  aux  appels  et  aux  cris  des  boys  partis  à  sa  recherche. Elle  n’avait  rien  entendu… Mais  en  revanche, elle  entendit  fort  bien  la  fureur  de  son  père, les  reproches  véhéments  de  sa  mère  après  que  celle-ci, rongée  par  l’angoisse, l’eût  prise  dans  ses  bras  pour  la  serrer  contre  elle.

Ce  soir-là, la  gamine  irait  se  coucher  sans  manger ! Après  que  sa  mère  l’eut  baignée.

– Tu  t’es  égratignée  le  mollet. Je  vais  te  passer  un  peu  d’alcool…

« Ca  va  piquer »  se  dit  Thérésa, sans  oser  exprimer  ses  craintes  à  haute  voix, pour  ne  pas  aggraver  son  cas.

Micheline  désinfecta  l’égratignure  et  se  rendit  compte  qu’il  s’agissait  plutôt  d’une  piqûre. A  l’aide  d’une  aiguille  flambée  et  passée  à  l’alcool, elle  débrida  le  petit  orifice, malgré  les  protestations  de  l’enfant  qui  prétendait  ne  s’être  piquée  à  aucun  buisson.

– Et  ça, ce  n’est  pas  une  écharde ? ironisa  la  jeune  femme  en  malaxant  les  chairs  pour  faire  émerger  ce  corps  étranger  qu’elle  saisit  avec  une  pince.

Une  bien  curieuse  écharde, longue  d’au  moins  une  huitaine  de  centimètres, brune  comme  la  peau  de  la  gamine ; une  tigelle  fine, de  section  triangulaire, aux  arêtes  arrondies, lisses, qui  aurait  dû  tout  de  même  faire  souffrir  l’enfant, en  s’enfonçant  verticalement  dans  son  mollet. Paradoxalement, cela  n’avait  pas  été  le  cas.

– Tu  n’as  vraiment  rien  senti, quand  cette… chose  t’a  piquée ?

– Rien, maman… Mais  maintenant, ce  que  tu  as  mis  sur  le  coton, ça  pique…

La  jeune  mère  jeta  l’écharde  mystérieuse  dans  la  poubelle  de  la  salle  de  bains  et  brandit  un  index  menaçant  à  l’adresse  de  sa  fille :

– C’est  ton  derrière  qui  te  « piquera »  bien  davantage  si  tu  désobéis  une  fois  encore  pour  t’éloigner  dans  la  forêt ! Allez, va  te  coucher, maintenant ! Maman  et  papa  sont  très  fâchés  d’avoir  une  petite  fille  aussi  désobéissante  et  imprudente ! Et  si  au  lieu  d’une  écharde, c’était  un  boomslang[5]  qui  t’avait  piquée ?

Micheline  serra  convulsivement  son  enfant  contre  elle, s’imaginant  brisée  de  douleur  devant  son  corps  sans  vie, tel  qu’il  aurait  pu  être  découvert  par  les  boys  dans  la  forêt…

La  petite  Thérésa  pleurnicha  un  peu  mais  elle  finit  par  s’endormir, d’un  sommeil  agité, criant  parfois  un  « Non ! »  effrayé  qui  réveilla  sa  mère. Accourue, celle-ci  la  trouva  les  yeux  clos, mais  vivant  un  cauchemar  angoissant. Elle  crispait  ses  petites  mains  sur  son  sexe… Interrogée  le  lendemain, elle  n’avait  conservé  aucun  souvenir  de  ce  cauchemar…

 

 

27  mai  1985 – El Portal, Californie

 

A  deux  cent  trente  kilomètres  environ  au  sud-sud-est  de  San Francisco  et  à  un  peu  plus  de  quatre  cents  kilomètres  au  nord  de  Los Angeles, la  petite  ville  d’El Portal, sur  la  route  140, constituait  un  passage  obligé  pour  accéder  au  fameux  Yosemite  National  Park. Sur  les  flancs  ouest  de  la  Sierra  Nevada, il  comptait  d’admirables  chutes (les  cascades  à  rebonds  de  Sentinel  Meadow  sont  les  plus  belles), des  pics, des  dômes  rocheux, sans  compter  les  séquoias, géants  du  règne  végétal  pouvant  atteindre  près  des  dix  mètres  de  diamètre  et  cent  quarante  mètres  de  haut ! La  multitude  de  fleurs  sauvages, les  écureuils, renards, cerfs  et  ours  noirs, outre  les  variétés  de  fossiles, en  faisaient  un  paradis  attirant  par  millions  les  touristes  du  monde  entier.

Lesquels  touristes, à  l’aller  comme  au  retour, pouvaient  trouver  intéressant  de  faire  une  visite  au  Yosemite  Antiquarian’s  Shop, tenu  par  une  jeune  femme  blonde, svelte  et  ravissante : Linda  Buckley… Que  de  fois, en  se  promenant  dans  l’immense  forêt, n’avait-elle  pas  songé  à  la  singulière  aventure  survenue  dans  une  autre  forêt – celle  de  Santa Fe, au  Nouveau-Mexique – où  elle  avait  campé  avec  sa  sœur  Victoria  et  leurs  parents, l’été  de  1965…

Mais  tout  cela  était  loin. En  1985, sa  boutique-galerie  d’art  assurait  un  chiffre  d’affaires  plus  que respectable  et  l’antiquaire  s’en  montrait  enchanté. Des  rumeurs, néanmoins, circulaient  au  village : une  ombre  ternissait  sa  vie  depuis  1981. Alors  âgée  de  vingt-deux  ans, son  mari  aurait  trouvé  la  mort  dans  un  accident  de  la  route  survenu  à  Palmyra, dans  l’Etat  de  New  York, la  laissant  veuve, enceinte  de  six  mois ! Un  mari  que  les  voisins  ne  se  souvenaient  pas  d’avoir  jamais  vu : représentant  d’une  firme  de  composants  électroniques, il  arrivait  parfois  le  soir  et  repartait  le  lendemain, toujours  pressé, menant  une  vie  de  fou, ce  dont  Linda  s’était  souvent  plainte.

Prénommé  Jeffrey, le  bébé  qu’elle  mit  au  monde  à  la  fin  de  1981, pour  ajouter  au  malheur  de  la  jeune  veuve, se  révéla  être, disait-on, un handicapé  mental  exigeant  une  surveillance  constante ! El Portal  News, le  modeste  quotidien  local, avait  consacré  un  article  à  cette  infortunée  mais courageuse  antiquaire  nouvellement  installée  dans  les  faubourgs  de  la  ville. Son  veuvage, cet  enfant  cloîtré  dans  l’appartement  au  premier  étage – juste  au-dessus  de  la  boutique  et, sur  l’arrière, dominant  un  jardin – avaient  suscité  un  élan  de  sympathie  chez  nombre  de  personnes  du  voisinage.

Parmi  ceux  qui  lui  avaient  rendu  visite  figurait  Mrs  Edna  O’Keefe, une  charmante  vieille  dame, qui  s’était  offerte  spontanément  de  la  seconder, de  garder  le  magasin  pour  lui  permettre  d’aller  faire  des  courses  ou  encore  de  surveiller  l’enfant  en  cas  de  besoin.

A  peu  de  choses  près, c’est  ce  que  tous  ces  braves  gens  du  faubourg  lui  avaient  proposé, chacun  lui  apportant  une  bouffée  de  chaleur  humaine, de  charité  de  cœur, sans  se  soucier  de  savoir  si  elle  appartenait  au  catholicisme, au  protestantisme  ou  au  judaïsme. Nul  n’aurait  songé  qu’elle  pouvait  être  de  confession  mormone, religion  qu’au  siècle  dernier, les  bigots  fanatiques  avaient  persécutée, tout  comme  l’Eglise  Catholique  Apostolique  et  Romaine, au  cours  des  siècles  passés, avait  persécuté  les  Juifs.

Dès  l’Halloween  Day (veille  de  la  Toussaint) et  pour  les  fêtes  de  fin  d’année, ces  voisins  apportaient  des  bonbons, des  friandises  à  l’enfant  que  la  mère  ne  montrait  pas. Elle  n’aurait  pas  supporté  de  voir, dans  les  yeux  de  ces  personnes  pourtant  bien  intentionnées, s’allumer  une  faible  lueur  de  tristesse, de  pitié, de compassion.

Maintenant  âgé  de  trois  ans  et  demi, le  petit  Jeffrey  menait  toujours  une  existence  recluse  dans  sa  chambre  au  premier  étage, entouré  de  soins  et  d’amour  par  une  cousine  de  Salt Lake City, de  confession  mormone  tout  comme  la  plupart  des  Buckley  depuis  les  révélations  faites  au  premier  prophète, Joseph  Smith, en  1830. Approchant  de  la  cinquantaine, la  cousine  Ruth  se  consacrait  entièrement  à  l’enfant  handicapé, permettant  ainsi  à  Linda  de  s’occuper  activement  de  son  fructueux  commerce  d’antiquités.

Ce  27  mai  1985, Linda  frémissait  d’impatience  et  d’exaltation : Edna  O’Keefe, la  vieille  dame  qui  avait  été  sa  voisine  serviable  avant  d’aller  s’installer  à  Wawona, une  agglomération  de  faible  importance  à  une  trentaine  de  kilomètres  d’El Portal, venait  de  lui  téléphoner. De  sa  voix  chevrotante, elle  lui  avait  annoncé  son  intention  de  lui  vendre, enfin, la  toile  que  l’antiquaire  briguait  depuis  longtemps : une œuvre  inconnue  à  ce  jour  de  Sikwayi, nom  indien  de  George  Gist (1770-1843), fils  d’un  commerçant  anglais  et  d’une  Indienne  cherokee.

Trappeur, puis  orfèvre  et  peintre  de  talent, ce  métis  avait  servi  dans  l’armée  américaine  lors  de  la  Creek War (Guerre  des  Indiens  creeks, 1813-1814) et  apporté  une  extraordinaire  contribution  au  développement  de  la  nation  à  laquelle  avait  appartenu  sa  mère : ses  demi-frères  indiens  lui  devaient  en  effet  un  alphabet  et  une  écriture  adaptée  de  l’anglais, du  grec  et  de  l’hébreu, toujours  en  usage  chez  les  Cherokee.

Appelé  Sequoyah  par  altération  de  son  patronyme  indien  Sikwayi, son  surnom  servit  à  baptiser  les  séquoias, ces  arbres  géants  des  territoires  de  l’Ouest. De  plus, en  reconnaissance  de  sa  contribution  au  développement – par  ricochet – de  l’Oklahoma, le  gouvernement  américain  devait  faire  figurer  sa  statue  parmi  celles  du  Statuary  Hall  du  Capitole, à  Washington. En  conséquence, acquérir  une  œuvre  inconnue  de  ce  personnage  historique – même  à  un  prix  élevé – constituait  à  coup  sûr  un  excellent  placement. Quel  amateur  fortuné  hésiterait  à  enrichir  sa  collection  d’une  toile  de  Sikwayi-Sequoyah ?

Impatiente, la  blonde  antiquaire  ferma  le  magasin-galerie  à  cinq  heures  trente  et  prit  aussitôt  la  route  à  destination  de  Wanona  où  Edna  O’Keefe, la  vieille  dame, l’avait  invitée  à  dîner  pour  conclure  l’affaire…

 

De  retour  à  El Portal  vers  neuf  heures  du  soir, Linda, une  torche  électrique  à  la  main, passa  par  le  magasin, la  porte  du  couloir  menant  au  grand  hall  ayant  une  fâcheuse  tendance  à  grincer  fortement. « Demain, se  disait  l’antiquaire  avec  détermination, il  faut  absolument  que  je  pense  à  huiler  les  gonds ! » Elle  fut  surprise  de  découvrir, au  milieu  de  la  boutique, un  gros  sac  en  toile  chargé  de  bibelots  précieux, d’objets  de  valeur  tout  simplement  volés  dans  les vitrines  ou  sur  les  étagères !

« Demain, j’achèterai  une  arme ! se  promit-elle  également. Le  chien  pourrait  être  empoisonné  et  nous  serions  sans  défense ! » Pétrie  d’angoisse, le  plus  silencieusement  possible – « Les  voleurs  sont  sûrement  encore  dans  la  maison  puisque  leur  butin  est  là »  songeait-elle  tout  en  marchant –, elle  poussa  la  porte  latérale  donnant  sur  le  couloir  et, torche  éteinte, prêta  l’oreille : silence  total. Elle  avança  à  tâtons  et  la  fenêtre  à  barreaux  du  hall  spacieux  dissipa  un  peu  l’obscurité. Linda  alluma  la  torche ; ses  yeux  s’agrandirent  et  elle  poussa  un  cri  d’horreur : sur  le  carrelage, à  la  verticale  du  balcon  de  bois, gisaient  deux  hommes, en  jeans  et  débardeur, d’une  propreté  douteuse, baignant  dans  une  flaque  de  sang  étalée  autour  de  leur  tête !

– Ruth ! Jeffrey ! hurla  la  jeune  femme  en  gravissant  quatre  à  quatre  les  marches  de  bois  pour  enfin  se  ruer  dans  la  chambre  de  l’enfant.

Là, elle  resta  sur  le  seuil  après  avoir  éclairé, hurlant  puis  vomissant  à  l’abominable  spectacle  de  la  cousine  Ruth, en  longue  chemise  de  nuit  rose, en  tissu  satiné, le  tronc  séparé  du  bassin, cisaillée  en  deux  comme  par  un  sabre  de  titan ! L’horrible  plaie, bordée  de  noir, laissait  s’échapper  une  partie  des  viscères !

Le  lit  du  gamin  était  vide !

– Jeffrey !… Jeffrey ! hoquetait  la  malheureuse, désemparée.

Elle  courut  vers  la  fenêtre  ouverte  donnant  sur  le  jardin :

– Blacky !… Blacky !…

Le  gros  chien-loup  ne  répondait  plus : toujours  attaché  par  une  longue  chaîne  à  la  niche, il  était  couché  sur  le  flanc, lui  aussi  coupé  en  deux !

Brisée  de  chagrin, hébétée, Linda  tressaillit :

– Ma… maaannn.. Ma… maaan !…

La  petite  voix, entrecoupée  de  pleurs, détachait  les  syllabes  de  façon  inhabituelle. Bouleversée, Linda  courut  vers  l’escalier, gagna  le  jardin, la  niche  du  chien  où  l’enfant  s’était  réfugié, pour  échapper  à… aux  auteurs  de  l’hécatombe  sanglante !

Le  drame  ne  fut  jamais  expliqué, les  policiers  ayant  facilement  identifié  les  deux  cambrioleurs  mais  ne  pouvant  résoudre  deux  éléments  de  l’énigme :

1) – Qui  avait  pu (et  avec  quel  instrument) trancher  en  deux  le  corps  de  la  victime  et  celui  du  chien ?

2) – Dans  les  yeux  de  celle-ci  et  dans  ceux  de  l’un  des  malandrins, l’on  avait  noté  une  expression  de  terreur  indicible.

Et  la  cause  de  cette  épouvante  avait  fait  basculer  par-dessus  le  balcon  les  cambrioleurs  venus  s’écraser  sur  le  carrelage…

Bien  qu’affichant  elle  aussi  une  complète  incompréhension  du  drame, Linda, en  revanche, savait.

Elle  savait  qu’il  lui  fallait  fuir, dans  les  plus  brefs  délais  et  elle  appela  sa  sœur  Vicky, médecin  à  Bethpage, à  Long Island, à  l’autre  « bout »  des  Etats-Unis, sur  la  côte  Est…

 

 

10  août  1987 – Lac  Wirrida, Australie

 

Un  coin  oublié  de  Dieu, ce  lac  d’eau  saumâtre  en  forme  de  virgule  au  sud  de  la  bourgade  de  Wirrida, dernier  bastion  de  la  civilisation  à  l’ouest  duquel  s’étendait  le  Grand  Désert  de  Victoria. Il  eût  fallu  parcourir  plus  de  cinq  cents  kilomètres  vers  l’ouest  pour  aboutir  à  une  région  de  verdure, réserve  naturelle  de  la  flore  et  de  la  faune.

Le  village  de  Wirrida  n’était  qu’à  une  quarantaine  de  kilomètres  à  l’ouest  de  la  Stuart Highway, l’autoroute  reliant  Port Augusta (enclavé  au  sud, dans  le  golfe  de  Spencer) à  Darwin, port  des  territoires  du  Nord  australien, soit  à  près  de  trois  mille  kilomètres  de  distance !

Il  faisait  assurément  moins  chaud  sur  les  bords  de  la  mer  de  Timor, mais  que  serait-il  aller  fiche  là-bas ? ruminait  Lonesome  Jackson (Jackson  le  Solitaire), en  mastiquant  laborieusement  sa  bouchée  de  corned-beef, plus  tendre  que  le  biscuit  salé  sur  lequel  il  risquait  à  tout  moment  de  se  casser  une  dent ! Du  moins  l’une  de  celles  qui  lui  restaient ! Jackson  n’était  plus  très  jeune – cinquante-deux  ans  révolus – mais  il  en paraissait  dix  de  plus  avec  son  cuir  tanné  par  le  soleil, sa  barbe  de  vagabond, plus  noire  que  sa  tignasse  hirsute, sous  son  vieux  feutre  élimé  qui  cachait  un  début  de  calvitie. Un  personnage  haut  en  couleur, dégingandé, baroudeur (aussi  sympathique  et  non  conformiste  qu’un  Paul  Logan  dans  Crocodile  Dundee), semblant  tout  droit  échappé  d’un  western  de  l’entre-deux-guerres. A  la  différence  près  qu’il  ne  possédait  pas  de  cheval  mais  une  Range Rover  datant  de  1971 ; un  4X4  rafistolé, cabossé, devant  assurément  à  un  miracle  de  pouvoir  encore  rouler  sur  les  pistes – et  aussi  là  où  nulle  piste  n’existait – dans  cet  enfer  de  sable  et  de  caillasse  cuit  et  recuit  par  le  soleil.

Moins  de  trois  cents  dollars  australiens[6]… Maigre  recette  pour  un  mois  d’un  labeur  inhumain  dans  ce  désert  de  Victoria, à  gratter  la  rocaille, les  falaises, les  anfractuosités. Un  résultat  misérable ! Les  champs  d’opales  sont  extrêmement  nombreux, en  Australie  méridionale  et  le  plus  célèbre, Coober Pedy, à  quatre-vingts  kilomètres  au  nord  de  Wirrida, reçut  même  le  nom  de  Capitale  Planétaire  de  l’Opale, avec  seulement  quelques  bâtiments  en  surface. D’où  le  surnom  de  « Terrier  de  l’Homme  blanc »  que  lui  donnaient  les  aborigènes. La  cité  proprement  dite – comptant  environ  quatre  mille  âmes – regroupe  des  « maisons »  souterraines  creusées  par  les  prospecteurs  dans  les  anciennes  mines  au  petit  bonheur  la  chance, pour  s’abriter  de  l’accablante  chaleur  et  pour, ceci  n’empêchant  pas  cela, trouver  peut-être  sous  la  pioche  une  opale  de  prix.

Une  cité  de  pionniers  au  début, où  chacun  faisait  plutôt  bon  ménage  avec  ses  voisins, même  si  ceux-ci, par  inadvertance, débarquaient  parfois  dans  la  cuisine  ou  la  chambre  après  un  dernier  coup  de  pioche  crevant  la  paroi  qui  servait  de  mur ! On  se  faisait  des  excuses, on  se  pardonnait, on  buvait  un  verre, on  rebouchait  et  nul  n’en  parlait  plus !

Aujourd’hui, le  « Terrier  de  l’Homme  blanc »  a  tout  de  même  évolué ; dans  les  entrailles  de  la  terre, alternant  avec  des  logements  et  résidences  confortables  profondément  enfouis, l’on  rencontre  des  boutiques, un  shopping-center  et  même  une  galerie  d’art ! Sans  compter  les  magasins  où  les  touristes  peuvent  acheter  quantité  de  souvenirs, de  bijoux  et (pourquoi  pas, s’ils  sont  fortunés) de  merveilleuses  opales  noires, avant  d’aller  déguster  un  drink  au  bistrot  du  coin. Un  coin  de  rues  ou  d’allées, certes, mais  souterraines, s’entend !

Naguère, quand  l’on  n’avait  plus  d’alcool  à  boire, on  se  rendait  à  la  pompe. Une  antique  pompe  à  bras, comme  on  en  trouvait, jadis, dans  les  fermes  et  chez  les  garagistes, avant  l’existence  des  stations-service ; à  la  différence  près  qu’à  Coober Pedy, cette  pompe  ne  débitait  pas  de  l’essence  mais  de  l’eau, que  tout  un  chacun  pouvait  obtenir  moyennant  des  espèces  sonnantes  et  trébuchantes ! Car  l’eau  a  toujours  été  rare, dans  cette  région  aride. Et  les  opales  renfermant  entre  trois  et  vingt  pour  cent  d’eau, l’on  peut  avancer, en  exagérant  à  peine, que  l’eau  du  désert  s’est  concentrée  dans  ces  pierres  fines !

C’est  du  moins  ce  que  se  disait  Lonesome  Jackson  qui, trop  épris  de  liberté, n’aurait  pour  rien  au  monde  quitté  sa  solitude  pour  aller  gratter  dans  les  mines  « officielles »  à  Coober Pedy, Andamooka  ou  ailleurs. Il  préférait  sa  vie  sauvage, fruste, sa  pioche  et  sa  pelle, ses  grattoirs, ses  brosses  et  sa  vieille  pipe, changeant  de  couverture  quand  elle  ressemblait  à  un  filet  de  pêche, n’allant  au  village  le  plus  proche  que  pour  acheter  une  bouteille  de  gaz  pour  son  réchaud, de  l’eau, quelques  vivres  et  renouveler  sa  provision  de  bière  pour  la  soif… et  pour  les  nuits  de  cafard  où  l’on  regrette  un  peu (rarement  « beaucoup ») sa  solitude.

De  fait, quelle  femme  aurait  pu  consentir  à  partager  cette  existence  précaire, faite  d’inconfort  permanent  et  de  privations ? Acceptant  de  séjourner  seulement  quelques  semaines  par  an  dans  le  modeste  studio  qu’il  possédait  à  Alice Springs, beaucoup  plus  au  nord ? Un  pied  à  terre, au  demeurant, fort  peu  reluisant ! Lonesome  Jackson  sourit, à  ce  moment  de  sa  rêverie. Il  but  une  gorgée  de  bière, alluma  sa  pipe  et  reprit  le  cours  de  ses  pensées…

Oui, quelle  femme  saine  de  corps  et  d’esprit  aurait-elle  pu  se  satisfaire  d’une  vie  de  nomade, ruisselant  de  chaleur  ou  étouffant  dans  le  vent  chargé  de  sable, de  poussière, ne  pouvant  ne  pouvant  se  baigner  qu’une  ou  deux  fois  par  mois, à  Wirrida, ou  à  Long Creek, à  condition  d’emprunter  la  piste  cahoteuse  et  faire  tout  exprès  plus  de  trente  kilomètres  vers  le  nord ?

Ariellah, peut-être ?

Ariellah  Greenstein, une  solitaire  comme  lui, mais  devilish pretty (diablement  jolie) et  suffisamment  fofolle  pour  s’être  mis  en  tête  de  prospecter  le  no  man’s  land  désertique, le  plus  désolé  qui  soit, vers  le  sud, sur  les  bords  du  lac – saumâtre – Everard, là  où  lui-même  s’était  un  jour  aventuré, la  découvrant  sans  connaissance, à  demi  morte  de  soif, la  cheville  foulée !

Lonesome  Jackson  l’avait  ranimée, soignée, sauvée…

C’était  il  y  avait  longtemps : en  1965  sans  doute. Il  comptait  alors  lui-même  à  peine  une  trentaine  d’années  et  elle, un  peu  moins. Une  Israëlienne (naturalisée  Américaine) d’une  étrange  beauté. Elle  parlait  un  anglais  correct  mais  avec  un  accent  rauque  qui  n’était  pas  le  moindre  de  ses  charmes. Une  fille  solide, courageuse, mi-exploratrice, mi-prospectrice, mi-écrivain, mi-journaliste, mi-  il  ne  savait  quoi  encore. Elle  avait  passé  plusieurs  mois  avec  lui ; ils  s’étaient  tous  deux  passionnément  aimés, sans  entretenir  l’un  l’autre  d’illusion  quant  à  l’éternité  de  leur  amour, rendant  grâces  au  Ciel, simplement, de  leur  donner  ce  bonheur  d’être  ensemble  un  jour, une  semaine, un  mois… Davantage, si  Dieu  voulait…

Ariellah  devait  rester  près  de  trois  mois  à  ses  côtés, à  parcourir  le  désert, à  fouiller, creuser  les  collines  stériles, les  rochers, récoltant  ici  et  là  quelques  opales…

– Je  te  laisserai  celles  que  j’aurais  trouvées, lorsque  je  partirai…

A  quoi  bon, dans  ce  cas, affronter  tant  de  difficultés, de  souffrances  même, dans  ce  désert  inhumain  si, en  définitive, sa  récolte  péniblement  acquise  ne  l’intéressait  pas ? Aimait-elle  le  risque  pour  le  risque, l’aventure  pour  l’aventure ? Mais  que  savait-il  d’elle ? Rien, ou  presque. Peut-être  était-elle  riche, là-bas, très  loin, en  Amérique  ou  sur  le  vieux  continent, ay  pays  du  peuple  hébreu, celui  de  ses  pères ?

Par  un  accord  tacite, Lonesome  Jackson  acceptait  la  perspective  du  départ  de  cette  femme  qu’il  chérissait, la  laissant  libre  de  ses  décisions, l’aimant  pour  elle-même  et  non  pas  seulement  pour  la  joie, le  bonheur  qu’il  retirait  de  sa  présence, de  leurs  étreintes… Elle  avait  bien  le  droit  de  sillonner  le  désert, ou  les  territoires  un  peu  moins  inhospitaliers, à  l’instar  des  dingos, ces  chiens  sauvages  qui  courent  à  travers  les  grands  espaces… Elle  aimait  errer  d’un  coin  du  monde  à  l’autre. En  cela  elle  avait  une  âme  de  vraie  journaliste.

Ils  rêvaient  souvent, le  soir, dans  les  bras  l’un  de  l’autre, adossés  à  un  rocher, localisant  les  constellations, ou  faisant  un  vœu  lorsque  scintillait  une  étoile  filante, un  bolide  étincelant. Le  jour, parfois, avec  un  grondement  assourdissant, filait  vers  l’ouest  l’un  des  missiles  tirés  depuis  Woomera, plus  de  deux  cents  kilomètres  à  l’est  de  leur  campement, la  base  expérimentale  anglo-australienne  établie  en  1947  dans  une  réserve  d’aborigènes.

Une  nuit, alors  qu’Ariellah  dormait  profondément, Lonesome  Jackson  avait  sorti  de  sa  cachette  une  opale  qui, une  fois  taillée, répandrait  un  flamboiement  de  couleurs ; la  plus  belle  opale  noire  qu’il  eût  jamais  trouvée  et  qu’il  avait  glissée  au  fond  d’une  des  multiples  poches  du  robuste  sac  en  cuir  de  la  jeune  femme. De  la  sorte, lorsqu’elle  partirait, lui  laissant  ses  propres  opales, l’Américaine  ne  se  douterait  pas  qu’à  son  tour, Jack, ainsi  qu’elle  l’appelait, lui  aurait  offert  cette  magnifique  pierre ; la  gemme  précieuse  l’aiderait  à se  souvenir  de  lui, quand  elle  serait  loin, peut-être  en  Israël, aux  Etats-Unis, ou  ailleurs.

Cette  nuit-là, avant  de  s’endormir, il  avait  longuement  admiré  le  beau  visage  de  cette  fille  venue  des  sables  de  la  Judée ; c’était  en  effet  une  sabra, native  d’un  village  du  Néguev  dont  il  avait  oublié  le  nom, difficile  à  prononcer. Une  heure  plus  tôt, elle  s’était  donnée  à  lui  avec  une  fougue, une  passion  inégalées.

Quand  Jack  s’était  réveillé, aux  premiers  rayon  du  soleil, il  était  redevenu  Lonesome  Jackson, Jackson  le  Solitaire. Ariellah  était  partie, laissant  sur  le  sable, près  de  son  visage, une  petite  pyramide  d’opales  boulder (c’est-à-dire  enchâssées  dans  leur  gangue  ferrugineuse) comme  elle  le  lui  avait  promis, marchant  vers  son  destin  sans  se  douter  qu’elle  emportait  le  plus beau  spécimen  que  l’homme  de  son  cœur  ait  découvert, jadis, et  conservé. Il  eût  été  bien  incapable, alors, de  dire pourquoi  ce  joyau  n’avait  jamais  quitté  le  double  fond  de  sa  sacoche. Peut-être  avait-il  attendu  l’improbable  rencontre  de  la  femme idéale  à  laquelle  il  l’offrirait ?

– Si  on  quittait  ce  « coin  abandonné  de  Dieu » ? avait-il  un  jour  proposé  à  Ariellah, créant  cette  expression  appliquée  plus  tard  à  presque  tous  les  endroits  laborieusement  prospectés. On  pourrait  trouver  un  job, tous  les  deux, chez  un  éleveur  de  moutons  et  on  se  marierait, on  fonderait  une  famille. Si  tu  en  as  marre  du  désert, on  pourrait  tout  aussi  bien  descendre  vers  le  sud, vers  Port Augusta, vers  Adélaïde  ou  aller  plus  loin, vers  l’est, jusqu’à  Sydney, ou  Brisbane, ou  encore  chez  moi, à  Alice Springs, j’y  ai  un  petit  pied-à-terre… Ou  n’importe  où, là  où  tu  voudras…

Je  n’ai  pas  toujours  été  un  sauvage, tu  sais ? J’ai  même  envisagé, un  temps, de  devenir  journaliste, comme  toi ; ou  d’écrire  des  bouquins, des  aventures  valorisant  le  courage, la  ténacité  de  l’homme  face  à  l’adversité, à  la  nature  hostile… ou  face  à  d’autres  hommes. Je  crois  que  je  pourrai  écrire  des  romans  du  genre  de  ceux  de  Jack  London  ou  de  Mayne  Reid, d’Edgar  Wallace, ou  de  Fenimore  Cooper, que  je  lisais  dans  ma  jeunesse. Tu  connais  ces  auteurs ?

Elle  l’avait  dévisagé, se  noyant  dans  le  bleu  de  ses  yeux  clairs, avait  admiré  son  visage  viril, bronzé, cette  petite  cicatrice  sur  sa  joue  droite. Serrant  ses  doigts  dans  les  siens, l’Américaine  avait  appuyé  son  front  sur  son  épaule  en  murmurant :

– Non, Jack, je  n’ai  pas  lu  ces  romanciers… Ne  rêvons  pas : tôt  ou  tard, il  me  faudra  partir… seule. Non, ne  me  demande  rien… Profitons  du  temps  qui  nous  reste  encore  à  passer  ensemble, ensuite… Que  Dieu  te  garde  et  puisse-t-Il  te  faire  oublier  mon  bref  passage  dans  ta  vie. Mais  cette  vie  d’aventurier, tu  ne  pourras  pas  la  mener  toujours. Le  désert, en  Australie  ou  partout  ailleurs  dans  le  monde, n’est  pas  fait  pour  l’homme ; du  moins, pas  pour  qu’il  y  vive  en  permanence. Si  tu  as  envie  d’écrire, et  tu  en  as  les  capacités  intellectuelles, quitte  ces  contrées  déshéritées. Gagne  la  civilisation, mets  noir  sur  blanc  les  captivantes  histoires  que  tu  m’as  contées, sous  les  étoiles… Et  merci, Goï  o’  my  heart[7]  d’avoir  eu  le  courage  de  me  proposer  de  devenir  ta  femme.

Elle  avait  eu  une  imperceptible  hésitation  avant  de  confesser :

– En  d’autres  circonstances, j’aurais  dit  oui, sans  réserve, si  j’avais  pu  disposer  de… moi-même…

Lonesome  Jackson  ressassait  tous  ces  vieux  souvenirs, renonçant  à  s’expliquer  le  comportement  plutôt  déroutant  de  la  belle  Américaine. Il  sembla  chasser  une  mouche  d’une  main  molle, acheva  sa  boîte  de  bière  et  s’allongea  sur  son  matelas  de  mousse  plastique  bon  marché… Un  truc  qui  n’existait  pas ; ou  du  moins  qui  n’avait  pas  encore  atteint  les  bourgades  reculées  de  ce  secteur  australien, du  temps  où  il  avait  rencontré  Ariellah, en  juin  1965.

C’était  loin… Si  loin…

Il  grimaça, tâta  l’intérieur  de  sa  gencive  gauche  avec  le  bout  de  sa  langue : toujours  ce  chicot  qui  le  tracassait  de  temps  à  autre. La  racine, encore  vivante, le  faisait  parfois  souffrir. Il  lui  faudrait  bien  se  résoudre  un  jour  à  gagner  Coober Pedy ; mais  y  avait-il  seulement  un  dentiste, dans  ce  foutu  bled  de  mabouls  comme  lui  passant  leur  vie  à  gratter, gratter, gratter  ici  et  là ? Peut-être  lui  faudrait-il  descendre  vers  le  sud-sud-est, jusqu’à  Woomera ? Trois  cent  cinquante  bons  kilomètres, dix  heures  de  route  aller-retour, avec  son  4X4  qui  risquait  aussi  de  rendre  l’âme !

Lonesome  Jackson  se  racla  la  gorge, se  massa  un  instant  la  mâchoire  douloureuse  et  s’allongea  sur  le  côté  droit, la  Winchester  à  portée  de  main. En  Australie, les  aborigènes  sont  paisibles, mais  à  l’instar  des  autres  continents, on  y  rencontre  une  espèce  détestable, tout  comme  en  Amérique, au  temps  de  la  conquête  de  l’Ouest : des  brigands ! Des  hors-la-loi  que  l’on  retrouve  sous  toutes  les  latitudes, et  qui, errant  peut-être  dans  ces  régions  désolées, n’hésiteraient  pas  à  l’assassiner  pour  lui  voler  son  trésor  d’opales… s’élevant, ce  mois-ci, à  trois  cents  malheureux  dollars  australiens ! Mais  n’avait-on  pas  tué  un  couple  de  campeurs, dans  la  forêt  de  Mataranka, dans  les  territoires  du  Nord, pourtant  infiniment  moins  sauvages  que  ne  l’était  ce  désert ? L’on  avait  parlé  de  meurtres  crapuleux  perpétrés  par  deux  jeunes  drogués. Qui  couraient  encore !

Lonesome  Jackson  poussa  un  long  soupir – sa  drogue  à  lui, c’était  une  ou  deux  boîtes  de  bière  South  Australia  par  jour, rarement  plus ! – et  il  ferma  les  yeux, en  fronçant  un  peu  les  sourcils, taquiné  par  un  élancement  douloureux.

Saloperie  de  racine ! Aller  consulter  le  dentiste… Non, d’abord  aller  au  village  de  Wirrida… Téléphoner… Inutile  de  se  taper  cent  bornes  vers  le  nord  s’il  n’y  avait  pas  de  dentiste  là-bas. Il  appellerait  alors  Woomera  et… Woomera… Et  si  un  missile  lui  tombait  sur  la  tête ? Ridicule ! Voilà  belle  lurette  qu’on  ne  procédait  plus  à  ce  genre  d’exercices  à  Woomera. Il  faudrait  attendre  encore  près  de  cinq  ans, vers  les  années  1991-1992, pour  que  la  base  du  Queensland (loin  d’ici) devienne  opérationnelle  et  lance  alors  des  fusées  porteuses  de  satellites… Mais  qu’en  avait-il  à  foutre  des  satellites, lui  qui  ne  téléphonait  pratiquement  jamais  et  ne  regardait  pas  la  télé, à  travers  ces  territoires  désolés  prospectés  à  longueur  d’années ?

Satellites… Mal  aux  dents… Opales… Fusées…

Le  sommeil  l’emporta, l’arracha  à  ses  préoccupations  confuses, telles  qu’elles  le  sont  souvent  en  période  hypnagogique, cette  transition  entre l’état  de  veille  et  celui  de  l’endormissement…

 

Lonesome  Jackson  grogna  dans  son  sommeil, puis  il  eut  un  sursaut  en  sentant  qu’on  secouait  son  épaule. Avec  une  rapidité  extraordinaire, il  roula  vivement  sur  lui-même  en  s’emparant  de  sa  carabine  et  stoppa  son  mouvement  à  plat  ventre, l’index  sur  la  détente, les  yeux  fixés  sur  les  deux  silhouettes  en  uniforme  de  la  police  du  Local  Government[8]  qui  se  détachaient  nettement  en  plein  soleil. Il  abaissa  son  arme  tandis  que  l’un  des  hommes, coiffé  d’un  chapeau  de  feutre  relevé  sur  le  côté, lui  ordonnait  en  dégainant  prestement  son  Smith & Wesson, modèle  27, calibre  357  Magnum :

– Lâchez  votre  arme, éloignez-vous-en, puis  mettez-vous  à  genoux, les  mains  sur  la  nuque !

Le  prospecteur  cligna  des  yeux, incrédule, et  cette  fois, c’est  lui  qui  apostropha  le  policier :

– Eh ! Peter  MacGinnis, t’es  loufe  ou  quoi ? Et  toi, Eddy ? fit-il  à  l’adresse  de  son  coéquipier, pourquoi  tu  me  regardes  comme  si  tu  me  voyais  pour  la  première  fois ?

Les  deux  policiers  échangèrent  un  très  bref  coup  d’œil  et  reportèrent  aussitôt  leur  attention  sur  Jackson. Le  premier  à  avoir  parlé  renvoya :

– Dites  donc, l’ami, est-ce  que  nous  sommes  censés  nous  connaître ?

Le  prospecteur  secoua  la  tête, leva  les  yeux  au  ciel  et  soupira :

– A  quoi  on  joue ? Ca  fait  bien  dix  ans  qu’on  se  connaît, Mac, et  toi  un  peu  plus, Eddy  Lunan. Bon, assez  rigolé, grogna-t-il  en  ôtant  ses  mains  de  derrière  la  nuque.

– J’ai  dit  les  mains  sur  la  nuque ! Où  gardez-vous  vos  papiers ? Mon  collègue  ira  les  prendre, pour  vous  éviter  de  faire  un… faux  mouvement  qui  pourrait  vous  être  fatal. Jackson  n’est  pas  avec  vous ? Il  est  peut-être  allé  se  promener, ou  boire  un  coup, au  bistrot  du  coin, ou  bien  chasser  le  merle  en  vous  confiant  la  surveillance  de  son  4X4 ?

Lonesome  Jackson  se  dit  que  les  deux  hommes  devaient  avoir, malgré  leur  chapeau, reçu  un  rude  coup  de  soleil  ou  avoir  éclusé  une  phénoménale  quantité  d’alcool  pour  ne  plus  le  reconnaître ! Pourtant, ils  paraissaient  à  jeun  et  solides  sur  leurs  jambes.

– Bon, capitula-t-il  momentanément  devant  ce  mystère  insondable. Mes  papiers  sont  dans  la  boîte  à  gants, MacGinnis.

Ce  dernier  alla  fouiller  sous  le  tableau  de  bord  et  revint  avec  une  carte  d’identité  plutôt  défraîchie. Il  la  tendit, ouverte, au  prospecteur  et  ricana :

– C’est  sans  doute  vous, sur  cette  photo ?

– Evidemment, c’est  moi, avec  trois  années  de  moins. Merde, c’est  pas  vrai, Peter ? Ca  commence  à  bien  faire !

L’autre  jeta  un  coup  d’œil  sur  la  photo  un  peu  écornée  et  hocha  la  tête :

– C’est  bien  la  carte  d’identité  et  la  photo  de  Philip  Jackson, surnommé  Lonesome  Jackson, y  a  pas  de  doute. Un  air  de  famille, aussi :on  pourrait  croire  que  vous  êtes  son  fils… S’il  en  avait  un.

– Evidemment, qu’il  y  a  un  air  de  famille, Eddy !

– Attendez ! Ne  bougez  pas ! conseilla  le  policier  en  retirant  de  sa  poche  pectorale  un  étui  à  peigne  en  cuir  au  dos  duquel  adhérait  une  petite  glace. Regardez-vous  là-dedans…

Lonesome  Jackson  resoupira  et  obéit, abaissa  ses  yeux  sur  le  petit  miroir  rectangulaire, notant  machinalement  que  ce  peigne  à  l’étui  avec  miroir  était  un  cadeau  publicitaire  portant  la  marque  de  la  poudre  à  laver  Bushland, puis  il  sentit  sa  gorge  se  dessécher : le  miroir  lui  renvoyait  l’image  d’un  Philip  Jackson  tel  qu’il  était  en  1965, vers  la  trentaine  et  non  pas  à  celui  qui  était  le  sien (cinquante-deux  ans) en  1987 !

– Non !… Non !… murmura-t-il  d’une  voix  altérée  par  l’incompréhension  la  plus  totale.

Il  sursauta  quand  Edward  Lunan  appuya  sur  sa  tempe  le  canon  de  son  revolver :

– Tu  as  raison ! Jackson  le  Solitaire  et  moi  on  s’est  connu  y  a  plus  de  quatorze  ans, quand  j’ai  été  nommé  à  la  brigade  d’intervention  routière, sur  l’autoroute  Stuart. On  se  voyait  pas  souvent, mais  on  s’aimait  bien. Et  ça  me  ferait  vraiment  quelque  chose  d’apprendre  que  tu  l’as  buté, jeunot ! Oh ! Rassure-toi, je  te  flinguerai  pas, c’est  défendu  par  la  loi, mais  comme  tu  aurais  tenté  de  t’enfuir, je  te  flanquerais  une  dérouillée  dont  tu  te  souviendras  jusqu’à  ton  dernier  jour !

Lonesome  Jackson  déglutit, épouvanté  par  cette  méprise, épouvanté  par  la  transformation, le  rajeunissement  inexplicable  de  ses  traits  et  sa  voix  se  cassa :

– Ecoutez… Ecoutez, je… Je  ne  comprends  rien  à  tout  ça ! Je  suis  Philip  Jackson, dit  Lonesome  Jackson ! J’ai  cinquante-deux  ans  et  je… Ce  visage-là, dans  le  miroir, c’est  le  mien, quand  j’avais  dans  les  trente  ans ! Je… Je  ne  comprends  pas !

Il  se  regarda  mieux  encore  dans  le  petit  miroir  et  vit  que  ses  cheveux  étaient  redevenus  bruns  et… et  qu’il  possédait  toutes  ses  dents ! Alors  que  la  veille, l’un  de  ses  chicots  lui  faisait  mal !

– Debout ! ordonna  Peter  MacGinnis. Les  mains  dans  le  dos…

Il  s’exécuta, comme  dans  un  rêve  ou  plutôt  un  cauchemar, et  les  bracelets  d’acier  se  refermèrent  sur  ses  poignets. Une  idée  saugrenue  lui  traversa  l’esprit :

– Pourquoi  êtes-vous  ici, beaucoup  trop  loin  de  l’autoroute  pour  que  vous…

– Voilà  huit  jours  que  nous  patrouillons  dans  un  rayon  de  trente  kilomètres  autour  du  lac  Wirrida. Deux  témoins  différents, en  deux  endroits  également  différents, ont  vu, disent-ils, un  avion  en  flammes  piquer  du  nez  dans  ce  secteur. Tu  as  vu  quelque  chose ?

Jackson  haussa  les  épaules :

– Ca  fait  un  mois  que  je  n’ai  pas  bougé – ou  pas  trop  bougé – de  ce  coin-là. Si  un  zinc  en  flammes  s’était  crashé  pas  loin, je  l’aurais  entendu  ou  vu  passer. Huit  jours, ça  fait  environ  vers  le  1er  ou  le  2  août  et  je…

Les  deux  hommes  s’entre-regardèrent  et  MacGinnis  l’interrompit :

– Vous  avez  l’air  de  croire  que  nous  sommes  le… 10  ou  le  11  août ? Pourquoi  cette  comédie ?

Jackson, le  jeune  Philip  Jackson, regarda  alternativement  les  policiers :

– Mais… Hier, c’était  le  10  août. Il  est  logique  que  le  lendemain  du  10  soit  le  11 !

Edward  Lunan  rumina  en  secouant  la  tête :

– Hier, c’était  le  17  août  1987  et  pas  le  10 !

De  nouveau, Jackson  eut  des  difficultés  à  déglutir  et  il  répéta, bêtement :

– Pas  le  10… Pas  le  10… Alors, j’ai  dormi  huit  jours… et  rajeuni  de… d’au  moins  vingt-cinq  ans ? C’est  dingue !…

 

Tout  autant  que  cette  information  laconique  parue  le  lendemain  dans  les  colonnes  du  quotidien  The  Chronicle :

Enigme  sur  la  Stuart  Highway

Au  sud  de  Coober  Pedy, en  bordure  de  l’autoroute  Stuart, des  touristes  ont  découvert  deux  policiers  inanimés, sans  trace  de  blessure, ni  d’agression. L’on  se  perd  en  conjectures  sur  l’étrange  malaise  de  ces  hommes  qui, après  avoir  repris  connaissance, ont  été  gardés  en  observation  à  l’hôpital  de  Woomera. Ils  semblent  souffrir  d’une  amnésie  partielle  qui  occulte  leurs  souvenirs  récents…

 

Lonesome  Jackson, lui  non  plus, ne  s’expliquait  pas  très  bien  pourquoi, un  matin – le  17  août  1987  exactement – il  avait  eu  une  sorte  d’éblouissement, au  moment  où  ses  amis  policiers (ne  le  reconnaissant  plus  après  son  extraordinaire  rajeunissement) lui  passaient  les  menottes. Reprenant  ses  sens, le  jeune  prospecteur  s’était  retrouvé  seul, débarrassé  des  menottes, libre ! Aussitôt, il  avait  fui  comme  un  malfaiteur, embarquant  son  maigre  matériel  dans  le  vieux  Range  Rover, découvrant  sur  le  siège  un  gros  sac  de  cuir  rempli  d’opales  taillées ! Un  véritable  feu  d’artifice  polychrome  représentant, au  pifomètre, des  centaines  de  milliers  de  dollars  et  peut-être  davantage !

A  qui  devait-il  ce  fastueux  cadeau, lequel  lui  rappelait  celui  que  lui  avait  laissé  Ariellah, la  nuit  de  son  départ, vingt-cinq  années  auparavant ? Aujourd’hui, toutefois, ce  gros  sac  d’opales, bien  plus  volumineux, renfermait  uniquement  des  gemmes  de  toute  beauté : noires, « arlequin »  aux  irisations  en  damier, « pointe  de  feu »  aux  couleurs  scintillantes  à  dominante  rouge, et  même  des  « doublets »  naturels  de  Lightning  Ridge, site  réputé, à  six  cents  kilomètres  au  sud-ouest  de  Brisbane ! Ce  lot  impressionnant  atteignait  probablement  cent  fois – ou  bien  davantage – la  valeur  des  pierres  dont  il  avait  hérité  en  1965. Une  fortune !

Un  don  royal, mais  anonyme… Bouleversé, il  démarra, fonçant  vers  l’autoroute  et  Alice  Springs !

Ras  le  bol  du  désert, des  privations, de  cette  vie  d’aventurier  à  l’avenir  problématique. Rajeuni  de  vingt-cinq  ans (mais  à  quel  sortilège  devait-il  ce  prodige ?), une  tout  autre  existence  se  présentait  à  lui ! Il  allait  écrire, se  lancer  dans  le  journalisme  free-lance, pondre  des  romans  d’aventures  ou  de  science-fiction. Mais  amasser  d’abord  une  énorme  documentation  sur  quantité  de  domaines…

Ce  volumineux  sac  d’opales – merci, mon  Dieu, ou  qui  que  soit  l’auteur  de  ce  don ! – lui  permettrait  de  voir  venir, de  donner  à  sa  vie  une  orientation  nouvelle. Peut-être  inimaginable  aujourd’hui…


[1]              Nous  dirions  en  France : la  « Michelin ».

[2]              Aux  USA, chaque  Etat  possède  son  State bird, son  « Oiseau  d’Etat ». Celui  du  Nouveau-Mexique  est  le  geococcyx  ou  coucou  terrestre, immortalisé   par  le  fameux  pivert  rigolard  des  dessins  animés  Woody  Woodpecker, de  Walter  Lanz (Universal  Pictures).

[3]              Fondée  en  1830  par  le  prophète  Joseph  Smith, persécuté, lynché  dans  la  prison  de  Carthage (Missouri) avec  son  frère  Hyrum et  leur  ami  John  Taylor, le  27  juin  1844, par  la  populace  hostile  à  cette  religion  nouvelle. Sur  le  corps  du  frère  Taylor, l’une  des  balles  mortelles  avait  arrêté  sa  montre  à  5  heures, 21  minutes, 26  secondes.

[4]              De  rocket, surnom (éphémère) donné  dans  les  années  50  aux  techniciens  des  fusées.

[5]              Surnom  du  serpent  dispholidus  typus, répandu  en  Afrique  tropicale  et  méridionale ; un  mètre  vingt  à  un  mètre  quatre-vingts, de  mœurs  arboricoles, chassant  les  lézards  et  les  oiseaux ; sa  morsure  est  très  dangereuse, même  pour  l’homme.

[6]              1  dollar  australien = 5  francs (en  1989).

[7]              Goï  de  mon  cœur. Expression  forgée  à  partir  du  titre  de  la  chanson  Peg o’ my heart, célèbre  aux  USA, dans  les  années  40  et  en  Europe  après  la  Libération. Goï, en  hébreu, désigne  un  non-juif (pluriel : Goïm).

[8]              Nom  des  municipalités  responsables  de  la  sécurité  dans  leur  territoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s